L’âme noire du prieur blanc (1893)

Réception critique de L’âme noire du prieur blanc

Mercure de France, 1893

Jacques des Gachons : “Autour des théâtres. III. – Les livres” (L’Ermitage, t. IV, n° 12, décembre 1893, p. 365-366)

Jacques des Gachons, par F.-A. Cazals

Le Mercure de France a fait paraître presqu’en même temps deux livres de M. Saint-Pol Roux. La naïve légende de L’âme noire du prieur blanc se développe d’abord au son des cloches joyeuses de l’Alléluia, durant l’inauguration de la statue d’un prieur, en une chapelle de moines. Le décor est splendide. Puis des scènes se succèdent où la vie réclame ses droits et l’amour. Une scène joyeuse entre deux moines ivres. Enfin le petit novice récalcitrant est maudit ; tout finit par des chants d’orgue, et l’on devine le silence de mort qui succède, le rideau baissé, à ces clameurs de joie et de malédiction. Et le novice chassé du monastère retourne au « vert village où les moulins ont l’air de grands oiseaux de pierre aux longues ailes blanches. »


Philippe Gille : “Revue bibliographique. – Poésie” (Le Figaro, n° 3, mercredi 3 janvier 1894, p. 6)

L’âme noire du prieur blanc, de M. Saint-Pol-Roux (librairie du Mercure de France) est un grand poème dramatique, de belle allure, qui pourrait bien prendre place sur la scène d’un théâtre d’art. Il renferme de grandes situations qui conviendraient merveilleusement aux inspirations musicales de l’école éclose au souffle de Berlioz et de Wagner.