La Madeleine aux parfums (1887)

Brouillon préparatoire du poème “La Magdeleine aux parfums“. Manuscrit d’une page (20,2 x 29,8 cm).

Commencé à Paris en mai 1887 et achevé à Beg-Meil (Finistère) en octobre 1890, “La Magdeleine aux parfums” ne sera publié qu’au second semestre 1899 dans le deuxième supplément poétique de L’Ermitage, avant d’être repris dans Anciennetés (Mercure de France, 1903, p. 45-64).

Le manuscrit présenté ici témoigne de la méthode de travail de Saint-Pol-Roux. Le poète rédigeait d’abord un argument en prose qu’il travaillait jusqu’à obtenir une trame et y faire surgir quelques-unes des puissantes images du poème final.

Ce brouillon est probablement l’un des premiers qui furent rédigés, jetant sur le papier les prémices du poème, long de 35 quatrains d’alexandrins.

La Madeleine aux parfums [brouillon préparatoire] (1887) – Coll. Mikaël Lugan

m’angoisse

Un souvenir de mer d’amour rhytmait son sein.

Ses yeux étaient des nids de regards de cassie.

Elle était belle ainsi que l’on est assassin.

La Madeleine aux parfums

Jésus L’hôte / Le Sage aux cheveux roux

L’homme au[x] long[x] cheveux roux est assis. On dirait qu’il a que sa tête se détache sur un plat d’or cloué à la m au mur derrière lui. De Il mange des figues de X… simplement pâle.

Autour de lui des hommes rudes, au[x] doigts usés de cordes, homme[s] dont l’enfance courbés d’avoir retiré des filets pleins de poissons jadis. Ils ont vidé les urnes avec des barbes      ont des rougeurs au nez

[ajout au-dessus du paragraphe précédent :] Et les hommes aux doigts usés / sciés par les cordages

Ça et là les urnes sont comme des larves chrysalides dont les papillons l’âme serait est partie.

Tout à coup ent la porte s’ouvre. Une femme paraît. Sa vue est mère du péché. Elle est belle comme on est assassin. Un torrent roux. Une moisson triomphe. Une moisson de blés triomphe sur sona front nuque

[ajout dans la marge du paragraphe précédent :] avec des regards de cassie

Elle est splendide, enfin, comme on est assassin.

Madeleine baisa et pleura.

La femme était belle comme on est assassin.

Et cette femme est belle

Il écoutait.

Et sur ses pieds fleurir / fleurir sur ses pieds des pleurs et des baisers

Et l’homme sortit. Les disciples en voulaient au vin, dressés sur légers la suivirent des yeux au loin, comme sur la pointe de l’orteil. Mais l’hôte aux cheveux roux savait s’accrochait à sa divinité pour oublier qu’il était homme car les parfums montaient dans ses narines et sur son pied.

Sur mon pied bombil[l]aient des ruches de baisers.