Magnificisme & Idéoréalisme

Les premiers écrits théoriques de Saint-Pol-Roux, même si tous ne furent pas publiés, sont contemporains de sa découverte de Mallarmé ; ils ne sont pas pour autant une glose ou une imitation des réflexions du maître de la rue de Rome – que notre poète, d’ailleurs, ne fréquenta guère – mais ils manifestent une pensée originale précoce : théorie des cinq sens, théorie des reliefs mettent déjà l’image, qu’elles privilégient les synesthésies ou les associations audacieuses de mots, au centre du dispositif poétique. Saint-Pol-Roux conçoit alors des projets de recueils illustrant ses conceptions : Les Magnificences puis Les Magnifiques. Nous sommes en 1885, 1886. Quelques années plus tard, les titres de ces projets avortés deviendront le cri hautain d’un postulat poétique qui prendra le nom de Magnificisme, première formulation de l’Idéoréalisme que Saint-Pol-Roux ne cessera, sa vie durant, de développer.