Gustave Charpentier

Chez Colonne, 13 mars, première audition des Impressions d’Italie de Gustave Charpentier : 1. Sérénade ; 2. À la fontaine ; 3. À mules ; 4. Sur les cimes ; 5. Napoli.

Lors de la mémorable exécution de Napoli, chez Lamoureux, j’ai confié à l’Endehors le vif enthousiasme que me suscite le génie de Charpentier. Ces perles de jeunesse sont d’un orient si pur ! Ces Impressions fleurent l’origine, et notre âme en vérité se mire dans ces croquis pour oreilles. Les rivières d’amour émanant des cordes, dirait-on pas de longues chevelures de Jolies Filles, harmonieuses chevelures éparses dans le Rêve ? Et, çà et là, quel festin suggestif ! On croit mordre dans des fruits qui sont des seins, cueillir des yeux, respirer des regards, on se grise aux pressoirs de sourires, le désir se tend vers des Idées qui passent, perceptibles…

Ici, le propre de Charpentier, celui des maîtres, est, moyennant une richesse de détails indicatrice, de nous offrir de la nudité, – mais avec quel art ! Sa mélodie, qu’il voile si nuptialement, nous la savourons nue à la manière d’une source naïve, d’un lac ingénu. Puis comme la Pensée émane, en reine, de ces Impressions simples ! Au reste, le Penseur, nous le jugerons plus absolument dans La Vie du Poète, que répète aujourd’hui le Conservatoire ; alors je parlerai, quelque part, de « l’Idée en musique ».

Sérénade a été frénétiquement bissée : des bravos à l’alto Bailly. Napoli a ressuscité les acclamations du Cirque d’été : la Chanson du marchese fut bellement traduite par Baretti. Colonne mérite la gratitude.

Jaloux du triomphe du jeune Charpentier, un musicanti au nez fabuleux a sifflé diverses fois.

Le Consul existerait-il sans le Joueur de flûte ?

Bibliographie

  • “Gustave Charpentier”, Mercure de France, t. IV, n° 28, avril 1892, p. 357.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 106-107.