Le Tombeau de Stéphane Mallarmé

Le globe de grains verts pur symbole à ton faîte,

On le vit, front de gloire, amérir en soleil

Dont les épis sonnants allumèrent la fête

À l’instant où les dieux te mirent en sommeil.

 

Sage la mort éternisait notre prophète

Au verbe obscur d’offrir un éclat non pareil,

Et le vainqueur jaillit d’une injuste défaite

Entre les plumes d’or du céleste appareil.

 

Maître, ta voix d’exil nous retourne première.

Or, neuve des valeurs que lègue le trépas,

La Beauté se refond au moule de tes pas,

 

Tandis que nous pressons la grappe de lumière,

Accessibles raisins de l’Azur inconnu

Que viola ce faune idéalement nu.

1898.

Bibliographie

  • “Le Tombeau de Stéphane Mallarmé”, L’A (journal des étudiants de Rennes), 14 mai 1936.
  • “Le Tombeau de Stéphane Mallarmé”, Saisons (Almanach des lettres et des arts), été 1945, p. 185.
  • “Le Tombeau de Stéphane Mallarmé”, Poésie vivante [Genève], n° 15, octobre-décembre 1965, p. 20.
  • Idéoréalités (1895-1914) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1987, p. 65.