La nonne intermittente

En l’orpheline solitude

Où mon cœur sert de sablier

Psyché tisse la quiétude.

Et tous ses vœux sont d’oublier.

 

La tête sous son aile avare,

Immobile dans le recueil

Comme une image de Carrare,

On la dirait en un cercueil.

 

Tranchés, les serpents de l’envie

Éteints, les guis du lendemain

La recluse a pendu sa vie

Au dernier saule du chemin.

 

Pourtant la souris de mémoire

Un jour grignote la cloison

Qui la sépare de la gloire,

Et c’est le glas de la prison.

 

Alors, fuyant la rêverie

Aux écussons de chasteté,

La nonne, mauve d’hystérie,

À chacun livre sa beauté.

Le Livre de Psyché

Bibliographie sélective

  • “La nonne intermittente”, L’Art littéraire, n° 10, septembre 1893, p. 38.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 139.