Éolienne

Nymphes éparses dans l’absence

Aux joncs plus frêles que le cil.

Anges de la réminiscence,

Entez vos ris sur notre exil.

 

Psyché, diaphane orpheline

En vœu d’harmonieux parfums,

Offre une tresse sibylline

Aux pistils de vos doigts défunts.

 

Sa capitale bergerie

Invite votre dévolu,

Venez, Vierges de la Patrie,

Avec le lait de l’absolu.

 

Que les mamelles du seul calme

Enlinceulent nos chemins noirs !

Que le bercer de votre palme

Entrouvre les jeunes manoirs !

 

Versant la perle salvatrice

Aux fronts taris par les chagrins,

Dès lors Psyché dispensatrice

Enchantera les Pèlerins.

Le Livre de Psyché

Bibliographie sélective

  • “Éolienne”, L’Art littéraire, n° 10, septembre 1893, p. 38.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 141.