Chasse à courre

Les gens, tel on boit à l’amphore,

Soufflent dans les escargots d’or ;

Il sort une bave sonore

De chaque spiral corridor.

 

Là-bas les chiens, montrant l’ivoire,

Ruissellent derrière le cu

D’un cerf dont la roide mémoire

Brame qu’il est dix fois cocu.

 

Pour s’éjouir du sganarelle

Dévalent, sur leurs fins chevaux,

Les Fiers de l’altière Tourelle :

Écrin de la sueur des vaux.

 

Héraldique et svelte avalanche

Où mâles yeux parent d’aveux

Certaine damoiselle blanche

Ayant des guêpes pour cheveux.

 

Ambitieux de l’estocade,

On salte l’onde et la moisson ;

L’air sable l’âpre cavalcade

Comme l’ivrogne la boisson.

 

Enfin, sur un lit de pelouse,

Le cerf vêtu de saignements

Épouse la Fidèle épouse

Parmi le glas des aboiements.

 

Les gens, tel on boit à l’amphore,

Soufflent dans les escargots d’or ;

Il sort une bave sonore

De chaque spiral corridor.

9 février 88.

Bibliographie sélective

  • « Chasse à courre », Mercure de France, n° 8, août 1890, p. 293.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 62.
  • « Chasse à courre« , poème mis en musique par Grégory Haleux & Ben Nako, 2014.