Autre temps, autre Ophélie

Ainsi qu’en les larmes du saule

Avec sa gerbe sur l’épaule

Ophélie noya ses douleurs,

Mon Cœur s’est noyé dans mes pleurs.

 

L’humide ici n’est plus la Vierge,

Hamlet gît dans l’eau comme un cierge :

On a troqué les deux esprits

Régnant parmi les vieux écrits.

 

Désormais la fille est maligne ;

Au prince d’aller sous le cygne !

Elle a fleuri sans lendemain

La mémorable de jasmin.

 

Mais les roseaux sortis de l’onde

Enivreront du moins la blonde

Avec les regards que le vent

Cueillera dans leur œil fervent.

 

Regards de la funèbre treille,

Allez donc à sa vive oreille

Et puissiez-vous, joyaux discrets,

La rendre folle de regrets !

Bibliographie

  • « Autre temps, autre Ophélie », Mercure de France, t. IV, n° 27, mars 1892, p. 226.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 103.