Méditerranée

Ô mer d’Homère et de Virgile, mer natale

Aux vagues de laquelle j’ai bu le lait bleu,

Je te reviens ce soir, ô mer sans cesse étale

À la grâce du souffle innombrable de Dieu.

 

Cœur profond de la strophe intime ou bien totale,

En moi subsiste encore le cadencé jeu

Qu’enfant j’avais reçu de l’eau sacerdotale,

Et mes yeux ont gardé le sel de notre adieu.

 

Car je sortis, moi si petit, de la même onde

Où tu conçus Pindare, Orphée aux dieux pareil,

Dante, Lope, Mistral au timbre de soleil ;

 

Car je suis né de l’onde où magiquement blonde

Aussi naquit, en sa jumelle royauté

Du corps et de l’esprit, l’immortelle Beauté.

31 octobre 1936.

Bibliographie sélective

  • “Méditerranée”, La petite Illustration, n° 838 – Poésies n° 9, 11 septembre 1937, p. 25.
  • André Dumas, Poètes nouveaux, Paris, Librairie Delagrave, 1939, p. 11.