Le symbole de Monticelli

À Jean des Cognets

J’ai cherché tout le jour le point du promontoire

Où se posa le pied de l’antique Beauté

Pour, à l’ombre des bras empennés de victoire,

Embrasser le sceau même de sa royauté.

 

Je n’ai rien découvert, auguste messagère,

En ce lieu réfractaire à ton apport divin

Jusqu’à ne vouloir pas, comme d’une étrangère,

Accueillir l’or du pain, ni le rayon du vin.

 

Vite aux lèvres la conque et le mât en houlette,

Alors tu dus sonner vers l’onde violette,

Ici n’ayant laissé nulle empreinte d’orteil.

 

Cependant, lorsque siffle l’aigre tramontane,

Aux fouets de qui s’en fut ton hellène tartane

Il me semble te voir pleurer dans le soleil.

Marseille 1904.

Bibliographie sélective

  • Florilège Saint-Pol-Roux, choix d’Anne-Marie et Jacques Gérard, illustré par Mathurin Méheut, Querqueville, Publication de l’Amitié par le Livre, 1943, p. 18-19.