La journée provençale

À Célestin Forno

L’archange aux sept couleurs ouvre la dextre porte

À verrous de ténèbres et gonds lourds de sommeil !

Afin que du moulin profond des rêves sorte

Incomparablement la meule du soleil.

 

Sous sa blouse d’azur le haut meunier du monde

Organise les flots subtils d’huile qui luit

Et pour, de brune, faire la nature blonde

Écrase l’humble étoile, olive de la nuit.

 

Lorsque la gloire des images sera prête

Il changera sa blouse en chasuble de fête,

Entre ses poings la meule comme un ostensoir,

 

Qu’il va porter, jusqu’à ce que l’heure soit morte

Au tabernacle ardent de la senestre porte

Où se tient, spectre mauve, l’archange du soir.

Été 1891

Bibliographie sélective

  • « La journée provençale », Florilège Saint-Pol-Roux, choix d’Anne-Marie et Jacques Gérard, illustré par Mathurin Méheut, Querqueville, Publication de l’Amitié par le Livre, 1943, p. 17.
  • « La journée provençale », Arts et Lettres, n° 1, mars 1946, p. 11.