Primitivité

Je me sens pur comme l’enfant qui vient de naître.

Une brise a passé qui m’ôta le péché.

Géranium du simple au coin de sa fenêtre,

Un sourire fleurit sur ma lèvre perché.

 

Me voici donc devant cette déesse verte

Immobile au-dessus de son lourd pas sondeur

Car le pied millénaire qui nous semble inerte

Accroît avec méthode vers la profondeur.

 

Elle avance de même là-haut par la tête

Offrant son émeraude aux doigts jaunes du jour,

Mais progressive par la base et par le faîte

Elle est stable en colonnes de temple d’amour.

 

Mûre, genièvre, framboise, myrtille, fraise

Attisent mon désir de têter son accueil.

Illuminé d’un diadème de genèse,

Un secret nu me tend ses graines dès le seuil.

 

On entend bouillonner les sèves de l’oracle

Alors qu’au moindre appel accourait la beauté.

Jailli de la limpide source du miracle,

Un chef-d’œuvre soudain jaillit à mon côté.

 

La sang neuf de mon cœur coule de ton aurore,

Aïeul qui descend l’escalier du soleil,

En un corps souple ainsi qu’une vivante amphore

Aux anses faites par les gestes de l’éveil.

 

Vite j’ai secoué les systèmes de l’homme

Accumulés dans la précédente cité.

Ton ève n’a gardé qu’une discrète pomme

À quoi je ne mordrai que par nécessité.

 

Le vieux serpent n’est plus que cette tige morte

À la merci des vers qui la meuvent encore.

Un cerf passe à l’abri de l’arbuste qu’il porte,

Uniquement futur au loin sonnant le cor.

 

Je m’apprends dans l’oubli de la machine humaine

Afin d’édifier mon naïf monument.

L’esprit que l’on découvre désormais nous mène :

Un poète absolu n’est qu’un commencement.

Forêt des Ardennes, Juin 1895

Bibliographie sélective

  • « Primitivité », La Grive, n° 1, 1er trimestre 1969, p. 14.
  • « Primitivité », Poésie présente (en Wallonie), n° 61, janvier-mars 1987.
  • Idéoréalités (1895-1914) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1987, p. 39-40.