Orphée des Ardennes

Sous le faix d’or que raie de ses cordes la brise

Un bûcheron s’avance vers l’humanité,

Dès l’orée l’apparu dévoilant son emprise

Avec ses yeux cueillis dans la divinité.

 

Son cœur multiplié par tous les cœurs de bête,

Il caresse des mains le bocage de sons

Qui voua les serpents à ses rythmes en fête

Et charma les vautours pipés à ses chansons.

 

Après les loups d’ivoire agenouillés sur l’herbe

Entre les hymnes saints ruisselant de ses doigts

Il veut que l’homme enfin couronne aussi le verbe,

 

Et voici la cité, close à l’esprit des bois

Que précède une biche aux chevilles de fée,

Ouvrant sa lourde oreille à la lyre d’Orphée.

1897.

Bibliographie sélective

  • « Orphée des Ardennes », Le Pont Mirabeau, n° 4, avril 1939, p. [7].
  • « Orphée des Ardennes », Poésie présente, n° 2, juillet-septembre 1971, p. 29.
  • Idéoréalités (1895-1914) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1987, p. 54.