Le chasseur des Ardennes

À Maurice Maeterlinck

Forêt, je suis venu forlancer l’Ennemie,

fagot d’os embûché dans ton vaste mystère

où m’a guidé l’oiseau des légendes dorées ;

mais, chétif et minime, j’attends à l’orée

que ta grâce divine fasse grand et fort

le poète venu forlancer l’Ennemie.

 

Sans ongles ni cheveux,

sans artères ni peau,

elle n’a pas de chair,

elle n’a que des os ;

sans lèvres et sans yeux,

un dard comme regard

et pour mot le sanglot

d’une cloche dans l’air.

 

Forêt, je suis venu forlancer l’Ennemie.

 

Elle est celle qui nie,

elle est celle qui tue

et jamais ne commence

mais toujours finit,

elle est celle qui nie,

elle est celle qui tue

ambitions, semences,

lumières, vertus.

 

Forêt, je suis venu forlancer l’Ennemie.

 

Daigne me travestir, noble Ardenne, en toi-même

afin que la camarde à ma ruse se prenne

comme un scarabée gigantesque au filet

ou qu’entre deux rameaux resserrés dans le vide

tout d’un coup j’étrangle son éclair livide

ainsi qu’un lièvre dans le nœud prompt d’un collet.

 

Miracle ! te rapetissant pour m’offrir ton espace,

il me semble, qu’en moi tu passes comme en toi je passe,

en un chassé-croisé pour ainsi dire de fusées…

 

De bois en clairière et de clairière en bois,

j’incarne ce taillis et sa proche futaie,

puis la futaie suivante et le suivant taillis

enfin tous les taillis et toutes les futaies,

ormes, chênes, bouleaux, hêtres, trembles, sapins

et le chaos des fagnes striés de lapins,

si vraiment que déjà me voici, toi, Forêt devenue moi…

 

– « Jésus ! quel est ce petit homme, s’il vous plaît ? »

– « C’est les Ardennes, savez-vous ! »

– « Mais alors quelle est donc cette immense Forêt ? »

– « C’est le poète Saint-Pol-Roux. »

 

Pour ample chevelure, j’ai tes frondaisons

dont les milliers de nids, fouillis de gazouillis,

s’agrègent en cerveau d’une seule raison ;

ma jambe est ce tronc d’arbre ou d’arbrisseau ;

ces rameaux en faisceau font l’armure du buste ;

et mes bras blancs s’immiscent dans ces branches aux feuilles pour manches ;

tes racines, mes pieds en sabots de terriers ;

ta caverne et ton antre composent mon ventre ;

ma lyre s’éparpille entre les becs d’oiseaux

et je bêle ou je brame selon les museaux ;

ta sève universelle m’emplit d’un sang riche

dont les globules d’or constituent l’écureuil ;

je suis la tourterelle en étant le chevreuil

et je vois par l’étang où vient boire la biche,

durant que mes innombrables poumons

aspirent la guirlande invisible des vents

que la flûte panique des fûts élancés vers les monts

va rendre saisissable en psaumes émouvants.

 

Sans ongles ni cheveux,

sans artères ni peau,

elle n’a pas de chair,

elle n’a que des os…

 

Devint-il pas, l’impur fagot, tas de cailloux,

monceau de ronces, nid de guêpes, dents de loup,

cou de héron, plaque de forestier, trogne d’ivrogne,

refrain de sabotier, cloaque ou bien juron de bûcheron ?

La Mort, enfin, n’est-elle pas cette vipère, ce crapaud,

cet émouchet, ce geai, cette pie, ce corbeau,

ce vivant traquenard à gueule de renard,

au fourré ce furet qui s’induit tel un ver dans le fruit,

cet ignoble sanglier sur-le-champ débûchant du hallier

ou cette blonde jeune fille toute brune de myrtille ?

 

Sans lèvres et sans yeux,

un dard comme regard

et pour mot le sanglot

d’une cloche dans l’air.

 

N’importe !

afin d’être plus fort que la plus forte,

ô mon Cœur,

intime page,

pour chasser la bête abstraite aussi bien que concrète,

ô mon Cœur,

change-toi sur l’heure en maître d’équipage,

incarnant par surcroît rabatteurs et veneurs,

appels du cor, chevaux de courre, chiens encore

et même aussi becs de pivert

au fond de chaque arbre entr’ouvert.

 

Taïaut ! taïaut ! taïaut !

 

Méfiant, le gibier veut-il prendre la fuite,

vite fais-toi ramier bénévole en l’espace

ou boule qui dans l’herbe adroitement s’efface

à la façon du hérisson ;

sinon, pour déjouer la Moire,

plonge dans l’Eau Noire

chevauchant à travers bois de Saint-Hubert à Poix

et tu pourras sans crainte achever la poursuite

en l’humide manteau passementé de truites.

 

Hardi, mon Cœur, taïaut !

 

Elle est celle qui nie,

elle est celle qui tue

et jamais ne commence

mais toujours finit…

 

Alentour je déploie mon emprunt de forêt,

Dussé-je, pour mieux prendre la bête à l’arrêt,

cédant la chose à la personne,

me rapetisser à la manière de Poucet,

jusqu’à redevenir ce que j’étais, – un homme !

 

Taïaut ! taïaut ! taïaut !

 

À travers monts et vaux

courez, chiens et chevaux !

Sonnez, sonnez les cors

qui font le tour du corps !

Vide, claire fanfare

ces spirales d’or !

et sonnez dare-dare,

grands escargots d’or,

la suprême battue

de l’inverse génie

et la mort de la Mort.

Elle est celle qui nie,

elle est celle qui tue…

Sonnez jusqu’aux abois

quelque part dans les bois,

sonnez, sonnez les cors,

l’hallali de la Mort !!!

 

Alors de mes deux prunelles en feu

j’incendierai le fagot des adieux,

et puis, sur mes genoux rompant le fer immonde,

j’ornerai de ses tronçons l’Autel du Monde…

Enfin, versant la misérable cendre à même le recueil

à forme de cercueil

que l’on surnomme livre,

j’inscrirai sur la page de garde,

comme on cloue le hibou, le guivre, le gerfaut

sur l’huis d’une maison ou sur le tronc d’un arbre,

j’inscrirai ce titre qui délivre

en sa promesse éternelle de vivre :

Ci-gît en tous les Siècles la Dame à la Faulx.

 

Forêt, je suis venu terrasser l’Ennemie !

Arville, juillet 1895

Forêt des Ardennes en Luxembourg belge

Bibliographie sélective

  • “Le chasseur des Ardennes”, Le Journal des poètes, n° 12, 26 février 1933.
  • “Le chasseur des Ardennes”, Lettres françaises, 23-29 juillet 1964, p. 4.
  • Idéoréalités (1895-1914) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1987, p. 41-46.