Poèmes de la Forêt

En mars 1895, Saint-Pol-Roux s’installe, avec Amélie et ses deux garçons, en Belgique. Poursuivi par les créanciers, peut-être aussi inquiet des répressions menées contre les anarchistes et les artistes ayant témoigné leur sympathie aux compagnons, la vie à Paris lui est devenue impossible. Trois mois plus tard, il pose ses bagages dans la Maison des Forges, en plein cœur de la forêt ardennaise. Commence alors pour le poète et sa famille une existence simple et fruste. Au contact de cette nature sauvage, Saint-Pol-Roux se ressource et renouvelle son inspiration. C’est là qu’il remaniera et achèvera le manuscrit de la tragédie qui l’accompagne depuis cinq ans : La Dame à la faulx. C’est là aussi, loin des excès et des tumultes des milieux littéraires, dans la proximité des villageois de Saint-Hubert, que son style, sans rien perdre de sa densité, s’épure. Les poèmes que nous reproduisons dans cette section témoignent de cette renaissance.