Lied pour Zette

Saint-Pol-Roux, par Saïk (illustration pour La Randonnée, 1932)

Sur le pare-brise :

Lorsqu’un être cher nous a quitté, nous nous sentons privé, semble-t-il, d’un royaume, et notre pauvre cœur, tel un oiseau tombé du nid sur le chemin, saute après l’infidèle qui ne sera plus qu’un fantôme demain.

Lorsqu’un être cher nous a quitté, notre âme pour le retenir alourdit de ses yeux la fugitive écharpe du sillage, et nous gardons en nous toute la peine afin qu’il ait toute la joie sur son visage pour le revenir.

Lorsqu’un être cher nous a quitté, comme à nous-même manque un diadème, à chaque chose il manque quelque chose, au soleil un sourire, une brise à la mer, au bois un rossignol, à la terre une rose.

Lorsqu’un être cher nous a quitté, nous nous disons qu’il reviendra peut-être un soir, et nous restons près du portail à voir passer, désespéré, tous les mensonges de l’Espoir.

30 septembre 1931.

Bibliographie

  • La Randonnée, in La Revue de l’Ouest, 2e année, n° 15, août 1932, p. 1.
  • La Randonnée, texte établi par Gérard Macé, Mortemart, Rougerie, 1978, p. 7.

Note : « Lied pour Zette » n’est pas un poème en vers, étant écrit dans cette prose assonancée et populaire que Saint-Pol-Roux affectionnait, mais il méritait de figurer dans cette section de notre Florilège ne serait-ce que parce qu’il introduit La Randonnée, texte éminemment moderne et majeur du poète.