Les pêcheurs de thon

REFRAIN

Les gâs du bout de notre monde,

Un jour partis pêcher le thon,

Se sont perdus dans la profonde

Où l’Ankou pêche le Breton.

 

COUPLETS

Qu’y soit germon, qu’y soit bonite,

Un thon ça vaut des pièces d’or,

Mais faut le prendre en eau bénite

Afin d’en faire son trésor.

Les matelots hissent la bête

Au signal de sa pendaison,

Le mousse lui tosse la tête,

Et c’est des sous pour la maison.

 

Or, pour gagner des cents, des mille,

Faut pas s’ancrer dans la boisson.

Pars bourlinguer à des cent milles

Si tu veux voir le beau poisson.

Alors on laisse la marmaille

Entre les femmes et les vieux.

Et puis on largue vers la baille,

Une pluie tendre au fond des yeux.

 

Les voici donc au loin du large

Où ne vont pas les sardiniers

Là le tangon a de la marge

Et remplit vite les thoniers.

Ce qu’on va faire à la criée,

Tant le germon donne du nez !…

Belle sera la mariée !…

Que de fricots pour Douarnenez !…

 

Du bas de l’Iroise à l’Irlande

Où pèlerine le long banc,

Les perches tendent par la bande

L’appât bizarre du crin blanc.

Séchant sous une bâche verte,

En l’espérance du départ.

Les thons s’entassent, panse ouverte,

Et chacun voit monter sa part.

 

Enfin, les gâs, la barque est pleine,

Le mousse est las de son marteau,

Le prix est bon pour la douzaine,

Hardi, souquons vers Concarneau !

Vu que la brise vente arrière,

Hissons les voiles en ciseaux.

De loin nos femmes en prière

Nous prendront pour de grands oiseaux.

 

Soudain, sur la vague fougueuse,

Un temps s’amène par le sud…

Qu’a-t-elle donc, la vieille gueuse,

À nous drosser le tape-cul ?…

Mais le tabac tourne à la boxe

Avec sa chique au poing de fer…

Doué ! c’est un coup d’équinoxe

Où hurlent tous les chiens de mer !!!

 

La lame alors se gonfle en cime

Et puis se creuse en maëlstrom.

Le mont croulant se fait abîme,

Un trou devient un ménez-hom !…

Du haut du mât jusqu’à la quille

On sent partout mordre le vent.

Le sloop n’est plus qu’une coquille

À la merci d’un coup de dent.

 

À l’aide, Étel !… À nous, les Sables !…

Ohé Port-Louis !… Groix !… Camaret !…

Les dundees roulent, pitoyables,

Dans le terrible mascaret…

La voile crève ! le mât casse !…

Comme on n’a pas la T.S.F.

Et que l’on pique dans la tasse,

On crie : sainte Anne !… saint Joseph !…

 

Loin de tout phare qui tournaille

Et vous remorque d’un regard,

On chasse sur la mer canaille

Ouverte ainsi qu’un traquenard.

Un paquet raclant la gabarre

Fout l’équipage par bâbord…

Le moussaillon saute à la barre,

Ange et patron devant la Mort.

 

Mais à quoi bon fuir sous l’orage

Qui prend lui-même tous les ris ?

Le monstre est dans son jour de rage

Et veut son compte de péris…

Ah ! comme ils hèlent la caresse

Éblouissante du retour

À ce moment d’âpre détresse

Où luit l’anneau de leur amour !…

 

Qu’on avait fait un joli rêve

Avec le cap sur l’avenir !…

Demain, l’épave sur la grève,

Et l’on n’est plus qu’un souvenir !…

Mais tout craque ! « À-Dieu-vat, on coule ! »

Un mouscoul fait : De profundis !…

Cherchant les âmes dans la houle,

Un filet pend du paradis…

 

Oh ! ces mantels à tête noire

Que l’on prépare au patelin !…

La cloche a l’air d’être au mouroire…

Ça sent la veuve et l’orphelin…

Pourtant, sur les quais, on espère.

Leurs dundees braves, sûr, tiendront.

Il a vu pire, le grand-père.

Et l’on se dit qu’ils reviendront.

 

Un soir, on taille vers le môle :

Au loin, qui vient ? c’est un thonier !…

Un rien de toile sur son rôle.

Il semble un jugement dernier.

Tous crient vers lui qui sait en somme

Puisqu’il arrive de l’enfer :

« Mon fiancé ! mon vieux ? mon homme ?

Et mon petit ?… » – Péris en mer !!!

 

Un frisson fou dans le sang passe

Et dans la ville part courir.

On dirait que le cœur se casse

Et que la terre va mourir.

Les poings menacent la mer ivre

Qui tuent les gâs pêchant leur pain.

Mais cependant, comme il faut vivre,

Eh bien… nous embarquons demain !…

 

REFRAIN

Les gâs du bout de notre monde,

Un jour partis pêcher le thon,

Se sont perdus dans la profonde

Où l’Ankou pêche le Breton.

(Tempête d’équinoxe, septembre 1930)

Bibliographie sélective

  • “Les pêcheurs de thon : complainte populaire”, La Dépêche de Brest, n° 17141, dimanche 30 novembre 1930, p. 1.
  • “Les pêcheurs de thon”, Bretagne, nlle série, n° 29, janvier-février 1934, p. 18-19.