Bretagne est univers

Quelle est donc cette race aux grands yeux de mystère

Aussi nombreuse et pure que l’oiseau dans l’air,

Un de ses gâs sur chaque motte de la Terre,

Une de ses gâs sur chaque lame de la Mer ?

 

I

 

Elle fut, cette race, la race première

Avec son air sacré de descendre de Dieu.

Elle a gardé la foi sainte de la lumière

En son cœur analogue à la braise du feu.

Elle partit des lys où les coqs de l’aurore

Annoncent l’Ange d’or à notre espoir humain.

Pour atteindre le ciel de son hymne sonore

Elle muait en mots les cailloux du chemin.

 

II

 

On la nommait l’Ancienne-à-la-coiffe-innombrable,

Épanouissement d’ailes sur ses cheveux.

L’Ancien accompagnait l’épouse incomparable

Et menait le long peuple émané de leurs vœux.

Elle avançait, un rêve en fleur sous la paupière,

Entre ses bras les boucles de l’humanité,

Cependant qu’il laissait une géante pierre

À chaque étape faite dans l’éternité.

 

III

 

Parvenus à la fin de l’ambulante histoire,

En un pays de chênes courbés par le vent,

Ils se sentirent dignes de ce promontoire

Où régnaient les dragons et le rythme émouvant.

Ayant calmé leur soif au sein frais de la pomme,

Ils creusèrent la grotte du premier sommeil.

Ensuite ils se vouèrent au destin de l’homme,

Et le rouet naquit en hommage au soleil.

 

IV

 

Cette race épandait l’éclatante harmonie

Qui coulait de son âme ainsi que d’un moulin.

Elle engendrait, de par son multiple génie,

Le chaste Perceval après l’ardent Merlin.

Un jour elle dressa la noble Table Ronde

Où les héros, assis splendidement autour,

Buvaient le sang magique de la Beauté blonde

En le métal bénit du Graal de l’Amour.

 

V

 

Elle sculpta dans le granit un fier domaine

Où les âmes venaient s’allaiter de candeur

Et les bardes épars de l’allégresse humaine

Alimenter leur gloire à sa vieille splendeur.

Elle eut des rois, elle eut des saints, elle eut des fées.

Elle émit des chefs-d’œuvre au constant devenir.

Chère à la France où ses légendes sont greffées,

La Dame de sa proue sourit à l’avenir.

 

VI

 

Ses tribus débordant enfin de sa nature,

Elle trouva chétive la place du nid.

Alors elle s’en fut, au gré de l’aventure,

Inventer des foyers à travers l’infini.

La quille, tel un soc, laboure la tempête

Et des îles jaillissent du monstre béant,

La Blonde nef semblable à la colombe en fête

Avec son rameau vert qui fleurit le néant.

 

VII

 

Il ne lui suffit point de distiller l’oracle

Et d’accroître le globe au jeu de ses timons,

Elle insère l’esprit de son propre miracle

À même la matière des bois et des monts.

Voici le coffre aux joies, le clocher, le calvaire

Et l’auguste fontaine au limpide présent.

Après l’enchantement créé par le trouvère

Et le prince des mers, celui de l’artisan.

 

VIII

 

Ah ces pardons qu’exalte la liqueur d’abeilles,

Broderies et rubans, dentelles et velours,

Tous les clans venus là comme autant de corbeilles :

Garçons aux pieds légers et filles aux yeux lourds.

Chaque couple, on dirait une image qui danse

Avec sa douce au doigt la bague du galant,

Durant que les sonneurs associent en cadence

Au psaume des ramiers les cris du goëland.

 

IX

 

Vaste peuple fidèle à la Cause suprême,

On te voit sans relâche forlancer l’impur,

Tes preux donnant le sang qui leur vient de Dieu même

Avant de s’exhaler blanchement dans l’azur.

Plutôt qu’à la ténèbre son âme asservie,

L’Ancienne sacrifie ses plus dignes flambeaux,

Puis l’épreuve achevée, elle s’ouvre à la Vie

Afin de suppléer l’absence des tombeaux.

 

X

 

Si jamais, advenant un fabuleux désastre,

On état projeté dans la nuit tout à coup,

L’épi de l’espérance et le rayon de l’astre

Âprement moissonnés par la faulx de l’Ankou,

Si jamais les cités ne laissaient plus de trace

Aux peuples dispersés par le fracas du sort,

Dans un sursaut soudain Dieu verrait cette race

Assembler ses morceaux pour survivre à la mort.

 

*

 

Quelle est donc cette race aux grands yeux de mystère

Aussi nombreuse et pure que l’oiseau dans l’air,

Un de ses gâs sur chaque motte de la Terre,

Une de ses gâs sur chaque lame de la Mer ?

 

XI

 

Cette race est en toi, millénaire Celtie

D’azur et de sinople, Arcoat sur Arvor,

Qui laissas dans la glèbe ou la coque engloutie

Le meilleur de ton être passementé d’or.

Cette race divine est la race bretonne

Aux fils toujours pareils parmi l’homme divers :

Ta race impérissable dont le Temps s’étonne,

Ô Bretagne éternelle comme l’Univers !

 

*

 

Voilà quelle est la race aux grands yeux de mystère

Aussi nombreuse et pure que l’oiseau dans l’air,

Un gâs breton sur chaque motte de la Terre,

Un gâs breton sur chaque lame de la Mer.

 

Bibliographie sélective

  • “Bretagne est univers”, L’Ouest-Éclair, 37e année, n° 13810, mercredi 29 août 1934, p. 5.
  • “Bretagne est univers”, Bretagne, 17e année, n° 159, avril 1938, p. 100-102.
  • Bretagne est univers, Brest, André Broulet, 1941.
  • L’Ancienne à la coiffe innombrable, avant-propos de Paul-T. Pelleau, Nantes, éditions du Fleuve, 1946, p. 1-5.
  • “Bretagne est univers”, Le Journal des Poètes [Bruxelles], n° 2, mars 1946, p. 6-7.
  • La Besace du Solitaire, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, suivie de “Reconstruire le poète” par René Rougerie, Mortemart, Rougerie, 2000, p. 102-105.