Golgotha

À l’abbé Laurent Chailan

Le ciel enténébré de ses plus tristes hardes

S’accroupit sur le drame universel du pic.

Le violent triangle de l’arme des gardes

A l’air au bout du bois d’une langue d’aspic.

 

Parmi des clous, entre deux loups à face humaine,

Pantelant ainsi qu’un quartier de venaison

Agonise l’Agneau déchiré par la haine,

Celui-là qui donnait son âme et sa maison.

 

Jésus bêle un pardon suprême en la tempête

Où ses os tracassés crissent comme un essieu,

Cependant que le sang qui pleure de sa tête

Emperle de corail sa souffrance de Dieu.

 

Dans le ravin Judas, crapaud drapé de toiles,

Balance ses remords sous un arbre indulgent,

Et l’on dit que là-haut sont mortes les étoiles

Pour ne plus ressembler à des pièces d’argent.

1884

Bibliographie sélective

  • Paul Roux, La Ferme, pièce en un acte, Paris, Auguste Ghio, 1886. [La préface donne une première version du poème, qui sera sensiblement remaniée lors de sa reprise dans Anciennetés. C’est la version définitive que nous donnons ici.]
  • Anciennetés, Paris, Mercure de France, 1903, p. 79-80.
  • “Golgotha”, La petite Illustration, n° 838, Poésies, n° 9, 11 septembre 1937, p. 24.
  • “Golgotha”, Poésie vivante, n° 15, octobre-décembre 1965, p. 2.
  • Bernard Delvaille, La poésie symboliste (anthologie), Paris, Seghers, 1971, p. 212.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 41. [La version publiée dans la préface de La Ferme est reproduite p. 42.]
  • Anciennetés, réimpression de l’édition originale, Bassac, Éd. Plein Chant, 1995, p. 79-80.
  • “Visages de Saint-Pol-Roux I”, Poésie présente, n° 98, avril-juin 1996, p. 9. [Première version du poème.]