La fonte de l’albâtre

À Georges Périer.

Il m’environnait d’une amitié, sans cesse accrue en solidité, contre laquelle puisse à l’avenir prévaloir de moins en moins l’humaine intempérie.

Émancipée de l’état fugitif, cette amitié cristaux à cristaux allait s’agrégeant à la longue, se solidifiant en la source magique de nos sympathies communes, pour un jour s’affirmer, qui tiendrait lieu de plastique à cet homme désormais, statue.

On le vit d’abord ambuler en oie, comme lesté par les œufs de graduelle métamorphose ; puis à peine se mouvoir aux fins eût-on dit de ne pas excéder, sous le hasardeux caprice d’un pied soudainement distrait, le rayonnement cher ; puis se rapprocher selon le phénomène de l’ambre et du fétu, et virer sur place, graviter, dans l’évident dessein d’une fusion avec le dieu : enfin s’immobiliser, figé.

 

L’extase, massif de résultat, au cœur même de ma sphère, en centre.

Ô la bonne statue qu’avait mon parc de jeunesse !

– « Je suis l’Amitié Parfaite dont rien ne saurait annuler l’immortelle sérénité. »

Psalmodie l’albâtre.

– « Songe à ma volonté, jetai-je. La nécessité de science a fait de moi l’obstiné chercheur de la rose noire et du merle blanc, et je n’omets pour la trouvaille aucun moyen, dussé-je la traquer dans un vaseux tréfonds de grenouilles. »

– « Oncques ta volonté ne vaincra la fidélité que j’incarne et dont sous le sable des temps la pioche retrouvera l’intégrité prédestinée dans les musées futurs à me donner contre toi raison. »

– « Tout de même songe à ma volonté ! »

 

Or, au coucher du soleil, la Servante de mes Caprices s’en fut cueillir des coquelicots autour du socle…

 

Lorsque j’advins, la statue gisait, fondue…

De la flaque, où dérisoire marinait le squelette, émergeait la tête douloureuse avec entre les lèvres le museau vernis d’un soulier mignon.

Note : Le poème était, lors de sa pré-publication en revue, annoncé comme devant figurer dans le troisième tome des Reposoirs de la procession.

Bibliographie

  • « La fonte de l’albâtre », L’Ermitage, n° 8, août 1895, p. 92-93.
  • Tablettes (1885-1895) – Vers et Prose, édition établie par Jacques Goorma et Alistair Whyte, Mortemart, Rougerie, 1986, p. 160-161.