Dialogue marin

À Alexis Tarquis

Haquenées aux sabots de galets et crinières d’écume, que m’apportez-vous des bas-fonds de la mer : un jet de vie, un raz de mort, le squale qui dévore ou la sardine qui nourrit ?

Un flux de perles nées dans des coquilles, telles des chimères entre des tempes de cerveau ; à toi de t’en parer à moins de les offrir aux douces de la ville qui seront plus belles si tu n’es plus beau sous ces solides fleurs de la féerie liquide.

Haquenées aux sabots de galets et crinières d’écume, que rejetez-vous si sourdement des gouffres traversés : sont-ce les diamants d’une houille abyssale ou les glauques raisins d’un vignoble englouti ?

Un flot de larmes répandues par un songe hauturier à tout jamais crevé sur les écueils inaperçus de la vigie, flot envieux de susciter, au moyen de ses larmes d’amère élégie, des marées ignorées en la balance de la lune.

Haquenées aux sabots de galets et crinières d’écume, de quels débris de rêve enchantez-vous la grève : est-ce une planche de navire ou la branche d’une île aux fruits mystérieux ou les reliques d’une époque où triomphaient des hommes d’or ?

Un sceptre, une couronne, un trône, officielles vanités dont tu n’as pas voulu, mais tes douleurs et tes espoirs ont néanmoins créé le rythme fabuleux où l’aventure tienne largua ses idées, âmes perlières de tes fleurs cristallisées.

Haquenées aux sabots de galets et crinières d’écume, quelle est cette marionnette violette sur le sable pâle : est-ce un grand capitaine, un humble matelot, un rêveur qui briguait de charmer de sa gracile jonque les vents d’équinoxe ou quelque autre pantin du théâtre des flots ?

Cette épave est ton être exprimé par le large au jour qu’une tempête de toi-même aura drossé ton sort finalement vers les réalités quittées afin que la falaise de partance se creuse au suprême retour du grave naufragé de son propre océan.

Plage du Toulinguet, 1909.

Bibliographie

  • « Dialogue marin », La ligne de cœur, n° 10, 25 juin 1927, p. 3-4.
  • Idéoréalités (1895-1914) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1987, p. 163-164.