Chanson

À Nadine Boris.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

Clerc des clairs dont s’abreuve la plume au téton de la lune, ô lys de chair, Pierrot, sur la plaque sensible de tes yeux de songe l’on perçoit un cœur, le cœur de mensonge que lance une battée, plate comme langue, vers ton nez de pitre épaté sur la vitre.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

Après le pitre le coquin, Pierrot se bariole en Arlequin, et, pris encore au tourbillon du mâle papillon, plus que jamais le cœur, symbole unique de la femme, danse pour les losanges qui déguisent l’ange à présent démon sous le masque.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

Arlequin et Pierrot, ce troisième reflet soude les deux en un seul numéro, content le jour, la nuit battu, selon la lune ou l’arc-en-ciel, au caprice du vice ou bien de la vertu, double pantin mené par un égal destin.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

Ce reflet dans l’étang ce n’est pas moi tout en l’étant, car il évoque ma jolie, or ma jolie c’est Colombine, et Colombine c’est mon âme, et mon âme la toute et multiple folie, puisque mon corps c’est l’homme et mon âme la femme.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

Ainsi, de la première au dernier toutes les femmes tous les hommes grouillent dans mon panier. Me pêchant, j’ai pêché tout le genre humain, chaque être dépensant la gifle et la caresse d’une même main : un corps c’est les amants, l’âme c’est la maîtresse.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

On est le mal, on est le bien, on est ce tout, on est ce rien. le spectacle du monde, ces frissons sur l’onde, Arlequin, Colombine, Pierrot, transitoires échos sur l’étain de l’étang, périssables reflets dans ce miroir du Temps.

Je pêche mes reflets dans l’étang de la vie.

Je ne reviendrai plus me mirer dans cette onde où l’on ressemble à tout le monde. Ma vie n’est pas d’autrui, elle est de moi, non pas de lui. J’irai dans un désert pleurer sur mon passé les fleuves entassés au glacier de mon front, afin que, sur l’étang versé le long du sable blond, je voie chanter l’image de ma Vérité.

J’ai pêché mes reflets dans l’étang de la vie.

 Auberge de Véronique, 1906.

Bibliographie

  • “Chanson”, La ligne de cœur, n° 10, 25 juin 1927, p. 5-6.
  • Idéoréalités (1895-1914) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1987, p. 157-158.