Éphémères

À Robert de Souza.

Une poussière de vie fermente en le soleil.

 

À travers le crâne, grains menus de l’argile divine, farandolent les idées : motion folle où toutes les lignes géométriques, du triangle au losange, du carré au parallélogramme, du trapèze à l’icosagone, du cercle à l’ellipse, se tricotent, s’enchevêtrent, se coordonnent, s’épousent, et dans une promptitude telle que, les lignes se multipliant jusqu’à l’orgie, voici maintenant des figures solides, cônes, cubes, prismes, pyramides, cylindres, icosaèdres, sphères, parallélépipèdes, – des pensées !

César du rêve, le poète assiste à ce labeur magique.

D’un geste armé d’un haveneau, il pourrait capturer ces agrégats et les attirer dans le monde sensible, mais l’heure est à l’égoïsme à moins qu’elle ne soit à la révolte.

À quoi bon offrir ces statuettes et ces vases à l’Humanité qui répond d’un crachat et détourne les yeux ? Le chef-d’œuvre lui importe si peu désormais. Le temps n’est plus à la Beauté. Réjouissons-nous donc un instant de cette céramique entre le songe et la réalité, puis qu’elle se brise dans l’oubli.

 

Le soleil se voile, et l’essaim myriadaire s’évanouit dans le néant.

Vallée de Chevreuse, 1896.

Bibliographie

  • Les Féeries intérieures, Paris, Mercure de France, 1907, p. 155-156.
  • Robert Ganzo, Cinq poètes assassinés, Paris, éditions de Minuit, 1947, p. 45-46.
  • Les Féeries intérieures, postface de Michel Décaudin, Mortemart, Rougerie, 1981, p. 87-88.