Les Féeries intérieures (1907)

Les Féeries intérieures parurent en 1907, au Mercure de France. Le recueil, qui compte 49 poèmes, est le troisième tome des Reposoirs de la procession, nouvelle série. Saint-Pol-Roux revient, dans son « avertissement », sur ce qu’il avait annoncé en tête du premier volume : Les Féeries intérieures ne devaient finalement pas clore une trilogie mais l’ouvrir sur d’autres titres également réunis sous l’appellation générique des Reposoirs de la procession. Les volumes prévus, malheureusement, ne virent pas le jour, et le recueil de 1907 fut le dernier ouvrage important publié du vivant de l’auteur.

Les Féeries intérieures, postface de Michel Décaudin, Mortemart, Rougerie, 1981.