L’œil goinfre

(Dans le rapide Marseille-Paris)

À Henri Degron.

Mon œil, en pêle-mêle, s’offre d’énormes et mobiles noces de Gamache servies par des majordomes à casquette laurée d’argent et d’or, à l’accent qui chromatise de l’ail au saucisson, du saucisson au berlingot, du berlingot au nougat, du nougat au guignol, du guignol à telles autres singularités consécutives.

Fleur de thym ou fleur de bruyère, chrysaille de blé ou émeraude de pré, lait de calcaire ou sang de granit, la nappe du multiple festin varie souventefois de style, de même la voûte, glissant du lapis-lazuli luxuriant de rayons à l’acier vieille cuirasse arénéeux de nuées, tandis que, sur I’Œil qui baffre campagnes, bourgades, cités, chaînes de montagnes, départements, provinces, monte et descend, visible ou cachée, la grandiose lampe de la vie.

*

Apéritif glauque de la Méditerranée.

Huîtres, palourdes, moules, praires que sont les vieilles monnaies de pluie aux goussets du sol.

Hors-d’œuvre : ces crevettes des champs, les sauterelles ; ces bigorneaux des buissons, les escargots ; papillons ; scarabées.

En guise de rissoles, les tas de foins où se blottissent les poussins.

Pâtés de foie gras, les moulins à vent.

En potage, lacs, étangs et mares, avec, croûtons surnageant, des canards, des sarcelles, voire des crapauds, des grenouilles, des têtards.

Voici la langouste d’une haie de rosiers et le saumon des carrières d’argile.

Comme bouillabaisse, une lande safranée de genêts fleuris.

Entrée, rôt : des veaux sur la sauce verte des pâtis ; des porcs au seuil de l’étable ; des moutons parmi, en forme de pommes, les cailloux de la Crau.

Tout cela, mes regards l’épicent de-ci moyennant les salines de Berre, de-là moyennant les poudrières de Saint-Chamas, tous les raisins sur des coteaux et toutes les olives des plaines de Provence se canalisant en huile et vinaigre à l’imaginaire pressoir d’un cataclysme incessamment possible.

Pour bouchées de pain, les meules éparses.

Pour coupes, les bassins, les citernes, les puits.

Autour d’un surtout à métamorphose, pic célèbre ou tour de cathédrale, c’est tantôt de la vaisselle plate formée par les vasques des villas, les toitures de zinc, les plats à barbe des villages, tantôt de la porcelaine de Limoges constituée de prairies de Pâquerettes ; voici encore des plats et des assiettes à dessins – Delft, Quimper, Rouen, avec soit un calvaire peinturluré ou une scène d’auberge, soit un champ de foire ou bien des bateaux sur l’eau – la bordure agrémentée d’une légende écrite par l’énorme ciseau des charrues, virgulée de corbeaux, de merles et de pies, sans omettre le nerveux accent circonflexe des hirondelles et des martinets.

Vol-au-vent décoiffés, les arènes romaines et le palais des papes.

Puis le gibier : lièvres furtifs des versants mauves, alouettes en frissons dans l’espace, brochettes musicales sur les fils du télégraphe, cailles et grives emmi les vignobles, canetons, poulardes, oies alentourant une houlette, dindons jabotés, pintades à la voilette de volières, volailles sur des brancards levés au ciel en bras de prière.

Puis les mets héraldiques : cerfs, sangliers, chevreuils, faisans, qu’environnent champignons, les cahutes des gardes et des rabatteurs.

Asperges en peupliers.

Artichauts en pins coniques.

Salades des taillis.

 

De candides lessives étendues sur l’herbe ou sur la corde essuient le goinfre au passage.

 

Et quelle orgie de boissons !

Vins rouges et or des plongeons solaires dans l’onde, vins blancs secs des torrents, chablis des ruisselets, lampées beaune et pomard des trèfles en fleur et des coquelicots, rasades de picolo des toits de tuiles et des murs de briques, petits crus en rivières, les flots de bière des sentiers naïfs, le mélange stout et pierre-à-fusil du Rhône et de la Saône, ces époux de Lyon, et, çà et là, les innombrables « trous normands » des vitres apoplectiques.

Pour buisson d’écrevisses, un bataillon de pantalons garance enchevêtrés de baïonnettes en manœuvre sur un monticule de gazon poivré de crottes de lapins et de chèvres.

 

Ce pendant qu’on sable le champagne, Roederer du jet d’eau des parterres aristocratiques, cliquot des pommes d’arrosoir et des lances de voirie, montebello des cascades chutant d’un roc à pic, savourons la chantilly de ce lavoir écumant, le sorbet des drapeaux de mairie, les gaufrettes des toits d’ardoise, les croquembouches des boues séchées, les mosaïques fruits-confits des vitraux de basilique, et gloutonnons l’éparpillé dessert des alentours : joailleries et pendeloques des treilles et des vergers, sourires de jeunes filles accoudées aux barrières agitant le nid-à-baisers de leurs mains ; chaînes de montre, colliers, médailles sur les gorges, les cous, les ventres qui passent ; bouquets aux corsages ; anneaux et bagues aux doigts ; coiffes diverses ; prunelles de bétail girouettes ; coqs d’église ; heurtoirs de portes ; plaques de garde champêtre ; harnais ; roues de paon ; cerfs-volants bariolés ; essaims d’abeilles ; tournesols, et l’araignée épileptique des aiguilles à tricoter, et la tranche d’orange de l’ostensoir que parmi les papillotes des bannières et des oriflammes on hausse en procession au creux de la vallée là-bas, et des gouaches, et des pastels, et des aquarelles, et des fusains, et des eaux-fortes, et des Sisley, et des Pissaro, et des Gauguin, et des Puvis, et des de Groux, et des Seurat, et des Monticelli, et des Monet.

Enfin la tasse de café des tunnels – que suit le cognac brusque du vif soleil tout à coup reparu.

*

Disons que fréquemment le balthazar fut en musique, Dame l’Oreille, convive un peu, caracolant tout près de Prince l’Œil, amphitryon.

Non loin de Tarascon, le mistral ordonnant sa formidable sarabande, l’archet des branches racla le violoncelle des troncs, les persiennes des logis s’agitèrent en accordéon, les enseignes commerciales cymbalisèrent, les tuyaux des gouttières et des cheminées s’avalèrent et se vomirent en coulisses de trombone.

De plus, nombreuses fois, ce fut un chahut de piano fantastique chambardé par un train de marchandises aux wagons découverts se suivant, l’un plein de chaux, l’autre de charbon, – gigantesque clavier.

Et le bruit de fourchettes des petits oiseaux !

Et les coups de sifflet !

Et la mandoline des rainettes, des grillons et des cigales !

Et l’orgue de Barbarie des chèvres, des chiens, des vaches, des ânes, des cochons !

Et les tintinnabulances des chapeaux chinois télégraphiques !

Et la fanfare des diligences effarées par l’heure du courrier !

Et les ra et les fla des charrettes !

Et les éternuements de cloche donc !

Et l’épouvantement des ponts de fer et des plaques tournantes !

Et les jets de vapeur en chut de chef d’orchestre.

J’oublie quelques arrêts avec au marchepied des marchands de torchons imprimés où se dévoraient des entrefilets policiers, des sucres d’orge galants, des pavots de roman-feuilleton, des cornichons de chronique politique, des pickles et piments de critique dramatique, des dragées d’avis mondains.

*

– « Paris ! » clame un maître d’hôtel plus chamarré que les autres.

 

Alors mon Œil, ivre, s’éperd à travers la Ville, ne sachant si c’est les becs de lumière qui scintillent au firmament ou si c’est les étoiles qui flambent sur les places et le long des rues, se féerisent aux vitrines des pharmaciens, se banalisent à la tempe des fiacres.

Papillon de folie, l’Œil va finalement s’abattre entre la double rangée de boutons de cuivre d’une tunique d’agent qui regimbe et se cambre :

– « Circulez ! »

Bibliographie

  • La Rose et les épines du chemin, Paris, Mercure de France, 1901, p. 203-212.
  • « L’œil goinfre », Action poétique, n° 65 (la cuisine), mars 1976, p. 13-17.
  • La Rose et les épines du chemin, préface de Gérard Macé, Mortemart, Rougerie, 1980, p. 120-125.
  • « L’œil goinfre », Le frisson esthétique, n° 4, printemps 2007, p. 40.