Chapelle de hameau

À Francis Jammes.

Sur champ de sinople.

Blanche aux tresses de lierre, emmi des tombes, elle s’élève telle une gardeuse d’oies gaillarde…

… le tout roidi par le temps.

Que j’en ai rencontré de ces vastes gardeuses – aux oreilles de confessionnal, à la poitrine comble de rosaires et de cantiques et de roucoulements d’harmonium – sous le hennequin de dentelle où nichent des campanes !

Celle-ci n’a que sur sa jupe de laine ferme une humble cornette, et que, pour bijoux, en dedans l’argentin liseron de l’enfant de chœur, en dehors le coq : vif épi du bonheur.

Combien, quoique roide, elle participe aux gestes d’alentour et les surveille et les console !

… Sous forme de cercueils et de béquilles, souventefois la pénétrèrent catastrophes et douleurs.

Que ne suis-je pas assez pur afin d’entrer, comme on entre dans une âme de promise !

Cependant tâchons de voir par son œil de rosace…

Ô ce grandiose petit cœur qui bat au mitan, colombe d’espérance !

Mais voici la gardeuse en joie…

…tellement que son porche affecte un air de pan de jupe retroussé.

Soudain la joie craque d’un si fol rire que toutes ses quenottes volent s’épivarder sur la place, en jet de semence.

Et puérilement, je ramasse les dragées du baptême.

Fouesnant, octobre 1890.

Bibliographie

  • “Chapelle de hameau”, Le Coq rouge, n° 7, novembre 1895, p. 313-314.
  • La Rose et les épines du chemin, Paris, Mercure de France, 1901, p. 61-63.
  • L’Ancienne à la coiffe innombrable, avant-propos de Paul-T. Pelleau, Nantes, Éditions du Fleuve, 1946, p. 16-17.
  • La Rose et les épines du chemin, préface de Gérard Macé, Mortemart, Rougerie, 1980, p. 44-45.