Apocalypse

À Paul Roinard.

Par un matin d’huissier, mai 1894.

Le soleil monte faire téter la Vie.

 

Ô l’héroïque songe où ma cavale de brise m’emporta juvénilement à travers l’inique plateau des siècles, vendanger les diadèmes, crever les crânes, fendre les masques, broyer les testicules, fondre les balances, culbuter les idoles ; puis, dans le ravin misérable où ne daigne l’œil hautain, sonner la diane révélatrice, secouer l’hébétude des races asservies, couper les anneaux des chevilles, redresser les fronts, tailler une forme humaine dans chaque broussaille de poils et de cheveux, délivrer la rouge alouette captive en la cage des dents et superposer les jougs en escalier pour que, sur la splendide catastrophe des tyrans aplatis en crapauds, les martyrs, qui jusqu’alors ahanaient à la façon des bêtes de somme, sourient, des ailes d’aigle à leurs épaules, parmi la béatitude d’un soleil neuf !

 

On frappe.

J’ouvre.

Accoudée au chambranle, la hideuse Réalité m’insulte d’un rot narquois en plein visage.

Bibliographie

  • “Apocalypse”, La Vogue, t. IV, nlle série, 15 août 1900, p. 122-123.
  • La Rose et les épines du chemin, Paris, Mercure de France, 1901, p. 119-120.
  • La Rose et les épines du chemin, préface de Gérard Macé, Mortemart, Rougerie, 1980, p. 75.