Ave, Massilia

À Edmond Rostand.

Règne de sa majesté la fleur ! arène de la cigale et de l’abeille parmi le trin du fifre avec le tambourin ! mosaïque de l’ail, de l’olive, de la fève, de la figue, du raisin, de la cerise, de la nèfle, de l’avélane, de l’amande, de la chichourle, de l’azerole, de la sorbe, de l’oignon, de la pomme d’amour, de l’aubergine, du poivron, du concombre, de la pastèque, du melon, du caroube, de la pistache, du piment, de la datte, de la banane ! fanfare de la sardine vive, de la brousse du Rove et de la betterave de Gardane ! triomphe de la favouille, de l’oursin, de la clovisse, de la moule, de la marluce à la matrace, de la brandade et de la bouillabaisse où se hérisse la rascasse ! apothéose du nougat, du muscardin, du berlingot, des santons, de la pompe et des chichis fragis de la Noël, de Pâques et de la Saint-Michel ! foire de Pistachié, du Bohémien, du Maire, du Ravi, du Roi Maure et de l’Ange de la Crèche ancienne ! Marseille au collier d’agachons ! Marseille à la tayole de cabanons ! eldorado de brunes filles aux hanches de féerie et de sveltes garçons au gosier d’opéra ! fière cité coiffée de tuiles comme d’un rouge bonnet de Phrygie ! ville aux balcons et terrasses de balicot où tout rit, tout caligne, tout chante, tout claque, tout craque, tout danse, tout blague ! Marseille, splendide caresse entre une mer de lilas et des collines de farigoule que garde grandiose une Vierge d’or dressée dans une atmosphère de safran, ô Marseille, salut !

Salut, rivage où s’échoua la Magdeleine de folie qu’aima Celui par qui cette vilaine devint une jolie en paradis ! Salut, môle légendaire où la Beauté de Phidias s’en vint, à travers la farandole des flots et des fines guirlandes des brises, poser sa merveille ! ô Marseille païenne ! ô Marseille chrétienne ! joute de Vénus et de Puget ! galéjade de Mireille et de Monticelli ! Marseille, reine de l’harmonie, de l’amour, de la pitié : palme, laurier, fenouil, olivier ! Marseille, fille de l’Orient ! Marseille, amante de l’Espagne ! Marseille, maîtresse de l’Italie ! Marseille, sœur du monde entier ! Marseille, ô Marseille dont mon enfance a tété le soleil et sablé le mistral, je t’aime, ô mère, ô ma patrie, je t’aime et, malgré ma haine des marchands que recèle ton temple, Marseille, poète à son retour d’exil, je baise ton front d’aurore, tes yeux de cassis, ta bouche de grenade, tes seins d’orange et ton corps d’ambre, tes bras et tes cuisses de marbre, tes pieds de saphir, et je baise encore ton cœur de pourpre et ton âme de diamant, comme je baiserais l’arc-en-ciel de Dieu même, – ô Marseille, salut !

Marseille, 1899.

Bibliographie

  • De la colombe au corbeau par le paon, Paris, Mercure de France, 1904, p. 151-153.
  • De la colombe au corbeau par le paon, Mortemart, Rougerie, 1980, p. 91-92.