Air de trombone à coulisse

À Auguste Rodin.

Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours.

 

Fils de Boileau, mari de la Bêtise Humaine, voyez le futur maître naître avec pour crâne un grand zéro juché sur le plus grand zéro de la bedaine, puis observez le sans-façon que l’enfançon à peine éclos affiche à se fiche du beau, prenant le frelon pour l’abeille et le mulet pour l’étalon, voulant que le corbeau soit la colombe et le berceau la tombe, confondant la blonde avec la brune et le soleil avec la lune, alors vite vous conclurez à de tels signes que cette outre sera quelque insigne jean-foutre, coupeur de bourse et faiseur d’anges tour à tour, bref un de ces architectes à l’envers qui si bien savent détruire en place de construire, comme les vers et les vautours.

 

Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours.

 

La tête en ostensoir, couleur d’apoplexie, les mains en éteignoirs, de vanité farcis, ruant à la manière du bétail, évoluant à pleine haleine à l’instar des baleines, voici la masse insolente qui passe et qui gueule à travers les houles de la foule veule en éventail dont chacun s’agenouille avec des yeux larges de grenouille ou de crapaud, car le toupet de ces paillasses a pour la populace forme de drapeau et leur verbe de bile force d’évangile. Oh ! laissez-les passer, si vous ne voulez être terrassé, ceux-là qui vont baver sur la jeunesse et sur la fleur, sur le sourire et la douleur, sur le fruit rare et le miracle ! Oh ! laissez-les passer, si vous ne voulez être fracassé, ceux-là qui vont baver sur la Beauté qui peut-être jamais n’en sera décrottée ! Oh ! laissez-les passer, si vous ne voulez pas sur l’heure trépasser, ceux-là qui, s’ils pouvaient se hisser jusqu’à lui, sauraient si bien pisser sur le soleil qui luit, mais qui se vengent en lâchant leurs vidanges le long de ces astres humains rêvant parmi la fange du chemin qu’on nomme des poètes !

 

Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours.

 

Donc la foule imbécile savoure leur voix de trombone seule bonne en ce temps équivoque traînant en loque après le splendide autrefois des fiers poètes-rois. Las ! maintenant c’est le valet ancien, le chien, qui règne, ordonne, enseigne, et le déchu, le roi d’hier, doit aujourd’hui faire le laid s’il veut un osselet. Tout a subi la commune métamorphose : le chardon pique où souriait la rose, le cou sans perles du coucou met son bémol où triomphait ton col à gerbes, rossignol, et la lumière sombre en les abîmes d’ombre. Où le poète luit, Zoïle étend la nuit. Car ils détiennent le pouvoir ces eunuques macabres ayant pour sabre le rasoir et pour sceptre une paire de ciseaux, trônant partout dans les cérémonies et les académies, perruques à rouleaux dont les revues et les journaux sont les canaux qui servent à drainer vers eux l’or des innocents, la myrrhe des nigauds et l’encens des gogos.

 

Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours.

 

Fort de ceci qu’autrui déteste le voisin meilleur que lui, fort de cela que l’homme ne croit pas au dieu sorti de son milieu, le Zoïle devient populaire à servir l’envieuse colère, et le voici parti pour la croisade à l’embuscade, armé de haine et de mensonge, et le voilà sapant la statue qui gêne les fétus, puis, une fois le héros abattu, cependant que la tourbe vile danse et vire autour, l’immonde iconoclaste monte sur le piédestal et s’installe et se vautre à la place de l’Autre. Aussitôt de joie le peuple hennit, grogne, hihane, meugle, cancane, aboie, caragule et s’aplatventre aux pieds du malotru qui plane sur la place et sur la rue dans sa toute jactance d’intrus : synthèse obèse de tous les médiocres, ses apôtres. À lui désormais les honneurs ! Où chantait le poète, le critique pète, à la bonne heure ! Salut au bienfaiteur public ! Sonnez, cloches, tonnez, canons de notre République ! Pour lui toutes les choses de l’apothéose, palmes et mouchoirs, salves et encensoirs, scribes et courtisans, équipages et pages, laquais mis comme des faisans, banquiers et souteneurs, légion de filles et Légion d’honneur, et pour lui ce magnifique hôtel au seuil duquel viendront, souveraine Beauté, mourir tes deux amants, Verlaine et L’Isle-Adam !

 

Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Ils ont deux fesses, disons faces, l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche quelquefois c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours.

 

Puisqu’un tel règne est dans notre destin, eh bien, ô tristes sires, continuez vos noces et festins parmi la cécité des cités par vous circonvenues, cités pour qui l’erreur est devenue la vérité. À votre aise niez, souillez, brisez, tombez tout. Vous avez saqué le vieil Homère, vous avez saqué Molière, Hugo, Balzac, Wagner, Manet, Berlioz, Ibsen, Monet, Goncourt, César Franck, Zola, Rodin, Puvis et tant d’autres, des nôtres, des nôtres, bah ! qu’à cela ne tienne, saquez encore, saquez toujours, saquez à l’infini : être saqué par vous c’est avoir du génie. Blasphémer Dieu n’est-ce pas le créer ? Vos négations valent notre affirmation. Cramponnez-vous ferme au râtelier de l’infamie, messires, vous faites le fumier nécessaire à la fleur. Allez donc à la selle en la sécurité la plus universelle. Au demeurant, voyez autour de vous : des lois sont édictées contre les vagabonds et les filous, les sacripants et les marlous, mais jamais, non jamais contre vous. Les assassins ont la potence, et vous, messieurs, l’omnipotence. Abandonner le trône où s’assoient vos cerveaux pour affranchir la divine clarté que vous tenez sous le boisseau, serait-ce pas œuvre de sots ? Ainsi laissons la destinée librement s’obstiner. Le noël de la conscience humaine sonne quand il faut, pour vous il sonnera toujours trop tôt, tas de judas, car, en dépit de ses culbutes et de ses chutes, la foule, celle du bon Dieu, la foule, tout de même sainte et belle, à la fin se rebelle au bord du gouffre et se retrouve au sein des plus noirs labyrinthes. Régnez donc, tyrans grotesques, régnez jusques à l’inéluctable jour de suprême dégoût, jour de triomphe où, brisant leurs entraves, les esclaves crieront : « Aux égouts ! » N, i, ni, cette fois ce sera bien fini. Spartacus alors ira jeter à la voirie vos charognes pourries sur lesquelles, abasourdis devant les incroyables droits de votre ancien crédit, viendront vomir les siècles à venir, – et vous ne serez plus qu’un hideux souvenir, ô vous qui de nouveau cloueriez Jésus sur le vil sycomore, s’il revenait en notre monde avec son front d’aurore, ses yeux de pervenche, sa barbe blonde, et l’amour infini de sa grande âme blanche !

 

Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Ils ont deux fesses, disons faces l’une de miel pour les faiseurs d’ignominie, l’autre de fiel pour les beaux gestes du génie. Les Trous-du-cul, ce sont maints Critiques Modernes. Et ce qui sort de ces princes en us lorsque grince l’anus qui leur tient lieu de bouche, quelquefois c’est du vent, des crachats plus souvent, de la merde toujours.

Quartier latin, 1897.

 

Nota. – Il va sans dire qu’en sa boutade l’auteur n’entend pas attaquer l’utile et loyale Critique parmi laquelle s’évertuent de rares maîtres et de puissants artistes, dignes d’estime et de respect. Non il s’agit ici de l’Autre, négatrice de tout effort, salisseuse de toute beauté. Autant il sied de priser l’efficace contrôle des critiques judicieux et sincères, autant on doit s’insurger contre les T.D.C., stercoraires dont l’époque pullule, qui se parent de tous les droits, mais à qui nous n’en reconnaissons qu’un et bien volontiers : le droit à notre mépris. (S. P. R.)

Bibliographie

  • De la colombe au corbeau par le paon, Paris, Mercure de France, 1904, p. 303-312.
  • De la colombe au corbeau par le paon, Mortemart, Rougerie, 1980, p. 180-185.