Poèmes en prose

Dans l’histoire du poème en prose, Saint-Pol-Roux occupe une place de premier plan et, pourtant, trop souvent mésestimée. La faute, probablement, aux anthologistes qui ont reproduit, d’une anthologie à l’autre, peu ou prou toujours les mêmes textes, les plus rythmés et assonancés. Sans doute aussi Saint-Pol-Roux eut-il le tort de ne pas avoir, comme Baudelaire, comme Max Jacob, comme Pierre Reverdy, théorisé le genre. Mais le poème en prose étant, pour le poète, le lieu de toutes les audaces et de toutes les libertés, l’aurait-il pu ? Reste que c’est dans ce genre que Saint-Pol-Roux s’illustra surtout, le projet des Reposoirs de la procession l’ayant accompagné sa vie durant, bien qu’il n’ait fait paraître que le premier tome de la série initiale et trois tomes de la nouvelle. Dans la mesure où tous les textes composant le volume de 1893 ont été repris, parfois avec quelques variantes, dans les trois recueils de 1901, 1904 et 1907, notre florilège ne puisera que dans ces derniers, leur ajoutant d’autres poèmes en prose que Saint-Pol-Roux envisageait de réunir dans au moins deux autres livres : Idéoréalités et Glorifications.