Les Féeries intérieures (1907)

Les Féeries intérieures

(Paris, Mercure de France, 1907)

à Georges Billotte

Un des sept exemplaires numérotés sur Hollande (n° 1)

La page de justification est également paraphée par l’auteur à l’intention de Georges Billotte

“A Georges Billotte. / Mon bien cher Ami, une loi d’Ephèse prescrivait aux Citoyens d’élire un homme de bonté et d’en cultiver le Souvenir. Certes point n’est besoin d’une loi pour que vos indulgentes bienveillances demeurent fidèles à ma mémoire : elles l’habiteront sans cesse. Néanmoins, j’ai voulu faire davantage, quoique si peu, et selon ma nature : vous donner une preuve publique de ma gratitude, et, ce faisant, étayer de votre renommée d’homme sage ce livre si plein de mes vanités et de mes rebellions. En vérité, vous n’avez qu’à y perdre, moi qu’à y gagner. Que votre sagesse daigne donc pallier ce geste d’égoïsme qui trouvera, j’ose l’espérer, // quelque excuse en la pieuse amitié que je professe pour votre Dame, pour votre gracieuse famille et pour vous. Et comme, mon bien cher Ami, je ne suis ni prince ni marquis, et qu’aucun blason n’est au service de ma cire, permettez-moi de sceller d’un fraternel baiser cette modeste offrande de poëte / Saintpolroux / Manoir du Boultous, 25 juin 1907”

Librairie Pierre Saunier

***

à Paul Beghin

“à / Paul Beghin / en toute fraternité / Saintpolroux / Manoir du Boultous / 1 juillet 1907”

Coll. part.

***

à Auguste Boucherie

“à / Auguste Boucherie / cordial hommage / Saintpolroux / Manoir du Boultous / septembre 1907”

Coll. part.

***

à Marie-Louise Cara

“à / la Magicienne / qui chaque jour / me ressuscite un peu  / parmi les vieux libraires / de Paris, / – à Marie-Louise Cara – / son blanc Lazare / dit ici, ce 22 février / 1937, / de tout cœur : / MERCI !!!.. / Saintpolroux / de l’Académie Mallarmé.”

Librairie ancienne Clagahé