Anciennetés (1903)

Anciennetés

(Paris, Mercure de France, 1903)

 

***

à Léon Dierx

Un des 15 premiers exemplaires numérotés sur Hollande (n° 1)

“à / Léon Dierx / ce modeste recueil / est dédié / en hommage d’admiration / Saintpolroux”

Musée Léon Dierx (Fonds Ollivier – 2014-877)

Note : Il faut rappeler que le recueil comporte une dédicace imprimée “à Léon Dierx”. Saint-Pol-Roux a joint à l’exemplaire une carte de visite ainsi libellée : “Premier exemplaire sur Hollande / SAINT-POL-ROUX / Chaumière de Divine / à Roscanvel / (Finistère)”. Nous remercions chaleureusement le Musée Léon Dierx (Saint-Denis de La Réunion), et sa documentaliste, Mme Sandrine Dandrade, de nous avoir communiqué des photographies du volume et de nous avoir permis de présenter ce précieux exemplaire sur le site.

Musée Léon Dierx (Fonds Ollivier, n° d’inventaire : 2014-877)

***

à André Breton

un des 15 premiers exemplaires numérotés sur Hollande

“à / André Breton / “Le Verbe doit parler autrement / et dire autre chose”. / – en souvenir de sa visite / et de celle d’enchantement / de sa jeune Dame / Saintpolroux / Manoir de Cœcilian / 7 sept 1927 [sic]”

 

Cliché (Association Atelier André Breton) – Coll. part.

Note : La date inscrite au bas de la dédicace à Breton par Saint-Pol-Roux est fautive. Le poète a écrit 1927, alors qu’elle fut apposée sur l’ouvrage en 1923. En voici une explication. Comme chaque été, Breton séjourne en Bretagne. En août 1923, il achève Clair de terre. Le 1er septembre, il écrit une première lettre à Saint-Pol-Roux, qu’il désire rencontrer depuis longtemps, pour convenir d’un rendez-vous : “Monsieur, / Je n’ai pas l’honneur d’être connu de vous. Depuis des années je me propose de faire votre connaissance, mettant à profit pour cela le court séjour que je fais en Bretagne chaque année. […] J’aimerais parler longuement avec vous, et avec le plus d’abandon possible, un peu comme si vous ne deviez plus me revoir et comme si nous nous étions rencontrés par hasard. Faites-moi cet honneur et ce plaisir, Monsieur. Je connais votre visage, je ne me défie pas de votre humeur. Je crois que le plus grand privilège des poètes est de se reconnaître toujours : si l’espoir que je place dans notre rencontre est déçu, je n’en accuserai que moi. J’oublie de vous dire que j’ai vingt-sept ans, et que ma femme, qui vous admire comme moi, demande à m’accompagner. Nous sommes à Lorient jusqu’au 10 septembre. Si vous voulez bien accepter de nous recevoir une heure ou deux, je vous serais très reconnaissant de me dire quel jour vous pouvez vous trouver à Camaret…” La rencontre a lieu le 7 septembre. C’est à cette occasion que Saint-Pol-Roux offre à Breton un exemplaire sur grand papier de son seul recueil de vers, Anciennetés, comme en témoignent le jour et le mois qui figurent sur la dédicace. Le lapsus scripturae concernant l’année (1927 au lieu de 1923) s’explique probablement par une confusion entre la date de la visite et l’âge de Breton, que ce dernier mentionne dans sa lettre : 27 ans. Toujours est-il que le poète surréaliste est bien en possession du recueil le soir même, sur le chemin du retour, ainsi que l’indique sa lettre au Magnifique, onze jours plus tard : “Paris, le 18 septembre 1923. / Très cher Monsieur, / Je n’étais pas encore arrivé à Morgat que je songeais à vous écrire ce soir-là je vous jure que les paysages marins ne m’intéressaient guère. Il ne fallait rien moins que la lecture maintes fois reprises d’Anciennetés pour que je ne me laisse pas aller à continuer tout de suite la conversation…” « La lecture maintes fois reprise d’Anciennetés »… nul doute, donc, que Breton a en mains, durant le trajet qui l’éloigne de Camaret, le recueil qu’il ne possédait pas à son arrivée au manoir de Cœcilian. Ce sont, d’ailleurs, les poèmes publiés en 1903 qui seront mis en avant par l’hommage collectif des Nouvelles littéraires (9 mai 1925), reproduisant, au centre de la page, « La première femme », des citations de « Seul et la Flamme » et de « La Magdeleine aux parfums » dans les articles d’Éluard et d’Aragon. Dans le « jeu de la notation scolaire », Anciennetés obtiendra un 17 de la part de Breton, note plus qu’honorable qui manifeste l’admiration de l’auteur de Clair de Terre pour le recueil. On sait que les relations entre les surréalistes, Breton en tête, et le Magnifique, s’achèveront dans les fracas du banquet du 2 juillet 1925. En dehors d’Éluard, absent, mais ayant envoyé « une gerbe de lys » pour le remplacer, tous les autres participants, malgré des signes prolongés, d’année en année, d’admiration et/ou de regret, n’auront plus aucune relation avec le poète. Cette fin brutale de l’aventure surréaliste de Saint-Pol-Roux rend donc la date du 7 septembre 1927 plus qu’improbable et semble confirmer le lapsus scripturae sur l’année.

***

à Armand Godoy

in-12, demi-maroquin rouge à coins, dos à nerfs, tête dorée, non rogné, couvertures et dos conservés (Canape et Corriez)

“ces petites choses de mon Passé / à Armand Godoy qui sera grand dans mon Avenir / Saintpolroux”

Librairie Henri Vignes (Eymoutiers)

***

à Jean Jacquinot

in-12, bradel demi-vélin blanc à coins, dos lisse caligraphié, non rogné, couverture et dos (reliure d’époque)

“au fils de mon frère Charles Gillet, c’est-à-dire à mon fils Jean Jacquinot : son affectueux père en l’amitié sacrée / Saintpolroux / 23 juin 1936”

Librairie Pierre Saunier

***

à Robert de Souza

“à / Robert de Souza / ces vieilles choses / en témoignage de fraternité / Saintpolroux / Manoir de Cœcilian / 19 octobre 1936”

Librairie Pierre Saunier

***

à Paul Beghin

[exemplaire ayant appartenu à Cœcilian Saint-Pol-Roux – ex-libris manuscrit]

“A travers les larmes et les cris / de ton départ / j’ai trouvé ces vieilles roses / que tu cherchais parmi les choses, / Paul Beghin, / ah que tes larmes vite les arrosent / et que tes cris soient les abeilles / dont le dard éveille ! / Ne clame plus, ne pleure plus ! / Le livre retrouvé rit dans ta main. / Sèche tes pleurs, éteins tes cris / parmi les pierres du chemin… / A qui te l’avait pris, – pardonne, / puisque, ce livre, c’est mon Fils qui te le donne !.. / Manoir de Cœcilian / 3 avril 1937 / Saintpolroux / (En la semaine de la Résurrection)”

Coll. part.

***

à Monsieur Archambaud

“à / Monsieur Archambaud / ces modestes poèmes / d’il y a plus de / cinquante ans / – un demi-siècle ! / en cordial hommage / Saintpolroux / Brest / Couronnement / de S. S. Pie XII qui, alors,  / devait faire sa Première Communion.” [2 mars 1939]

Librairie Le Pas Sage