Le Symbole de Monticelli (1904)

Manuscrit autographe signé, à l’encre noire, du poème “Le Symbole de Monticelli” daté de “Marseille, 1904”. Ancienne collection de Jean-Louis Debauve (tampon au verso). À notre connaissance, le poème demeura inédit jusqu’à sa publication posthume, probablement communiqué par Jean des Cognets, dans le Florilège Saint-Pol-Roux (choix d’Anne-Marie et Jacques Gérard, illustré par Mathurin Méheut, Querqueville, Publication de l’Amitié par le Livre, 1943, p. 18-19). Une page (21 x 27 cm).

Cette version manuscrite est une copie tardive, ainsi que l’indiquent la dédicace à Jean des Cognets et une lettre à ce dernier du 21 juin 1937 : “Donc, en retour, fraternellement voici cette autre modeste offrande du passé que je rajeunis par sa dédicace en hommage à vous. Entre nous – car il ne me siérait point de chagriner ma chère ville natale – j’y voulus un peu sinon beaucoup venger indirectement le pauvre-grand-radieux Monticelli que dans ma jeunesse je voyais « vendre » pour quelques maigres francs d’improvisés chefs-d’œuvre aux ironiques consommateurs des cafés de la Cannebière, – manifestes héritiers des contempteurs initiaux de la Beauté. Ces quelques mots à oublier vous ouvriront le sens du quatorzain que je vous prie d’admettre parmi vos témoignages d’amitié fervente.

Le peintre marseillais Adolphe Monticelli (1824-1886), qui ne parvint pas à imposer son art singulier de son vivant, mourut paralytique et misérable dans sa ville natale. Admirateur de Delacroix, sa peinture, faite d’empâtements, est d’un coloriste flamboyant. On lui attribue cette phrase, prononcée au crépuscule de son existence : “C’est pour dans vingt ans que je peins“, phrase qui n’est pas sans annoncer cette autre de Saint-Pol-Roux : “Je vis dans cinquante ans“. Ce dernier admirait le peintre, et plusieurs commentateurs de son œuvre les associèrent dans leurs études de l’œuvre idéoréaliste, tels Camille Mauclair définissant, en 1894, Saint-Pol-Roux un “Monticelli des lettres [qui] éblouit et fatigue par la simultanéité tumultueuse de ses trouvailles“, ou Francis de Miomandre voyant en lui “un poète merveilleux […] qui écrit avec la verve savante et savoureuse que Monticelli eut pour peindre“.

“Le Symbole de Monticelli” (ms autographe,1904) – © Coll. Mikaël Lugan

[Transcription du poème]

Le poème, probablement rédigé en janvier 1904 alors que Saint-Pol-Roux passe quelques jours dans sa famille marseillaise, devance de plusieurs mois la constitution, par plusieurs personnalités, d’un comité Monticelli chargé d’élever un monument à la gloire du peintre dans la ville phocéenne. Fondé au début du mois de mai 1905, on y retrouve d’anciennes connaissances et amitiés du poète, comme Eugène Pierre (1864-1937), adjoint au maire de Marseille né à Saint-Henri, ou l’écrivain Elzéard Rougier (1857-1926), occupant respectivement les postes de Président et de Secrétaire du comité. Saint-Pol-Roux, s’il ne s’engagea pas – sans doute en raison de son éloignement géographique et des travaux d’aménagement du Manoir – dans le bureau nouvellement créé, souscrivit, parmi les premiers contributeurs, pour 25 francs au projet du monument, et composa cet “Appel” qui parut dans Marseille-Républicain à la fin du mois de mai 1905 avant d’être recueilli dans Les Féeries intérieures (Paris, Mercure de France, 1907) :

APPEL

Aux Marseillais.

Je salue d’enthousiasme Marseille qui s’exalte en vue de glorifier Monticelli, et je souhaite au grand peintre méconnu jadis une journée digne de son génie.

Monticelli fut une façon de Prométhée. Celui-ci déroba le feu du ciel pour animer son limon, celui-là les rayons du soleil pour en parer sa toile. Aussi bien subirent-ils le vautour pareillement : le vautour de la Colère Olympienne dévora le foie du titan, le vautour de la Bêtise Humaine l’orgueil de l’artiste.

Mais le transitoire bec des vautours à la longue s’use sur les héros d’essence immortelle, et la revanche éclate, magnifique.

En l’occurrence du triomphe d’un des siens, il serait désirable que Marseille, cité du commerce, s’affirmât davantage encore ce qu’il fut toujours, malgré telles passagères défections : la ville élue de la Beauté.

Une heure exceptionnelle de se reprendre et de s’affirmer devant la Matière envahissante va s’offrir, saisissons-la jalousement.

Cette messagère des bords divins, la Beauté, qui si souvent posa son pied de joie sur votre môle, ô Marseillais, daignez considérer combien s’espacent ses visites – la galère de Phocée ne se fiance plus que rarement avec le quai de votre Canebière dont l’anneau gît désolé.

Pourquoi ?

L’hôtesse des temps illustres se sentirait-elle moins attendue, moins fêtée, moins honorée qu’autrefois ?

Oh redoutez que le dépit ne l’oriente à jamais vers des môles étrangers !

Ce serait alors fini de la Beauté en France, puisque c’est par Marseille que toujours la reçut notre patrie.

Efforçons-nous donc de rappeler l’absente, formons un faisceau de toutes les brises salutaires et vite regonflons les voiles de la première galère qui transporta la fille des dieux vers nos ancêtres éblouis.

Il n’est qu’une religion logique, celle de la Beauté.

Marseillais, que la proche glorification de Monticelli vous serve de prétexte heureux ; que l’apothéose de ce fils du peuple, de cet ouvrier généreux qui accrut le patrimoine de votre ville en couvrant de féeries consolatrices sa réalité, oui que la journée Monticelli retentisse d’un appel unanime et provoque une invasion d’idées harmonieuses et le retour de la Beauté !

Sachez ceci. La dernière fois que la sublime voyageuse descendit en Marseille, ce fut lors des années de détresse de Monticelli : elle accourait le consoler. Mais personne ne sut l’apercevoir au bras du prestigieux artiste, lequel allait parmi la Canebière proposer à la terrasse des cafés, pour un morceau de pain, le tableau tiède encore de la sueur du jour, car, si ce n’est point une légende, Monticelli cédait ses trophées de soleil pour de quoi ne pas mourir de faim.

Certes, Monticelli, ressuscité par l’hommage d’une ville entière et promu dieu à la face des niais et des pédants, Monticelli peut ramener la Beauté disparue depuis tant de détresse humaine.

Gloire donc à Monticelli !

Ainsi – tel est le jeu des destinées – le petit bohème d’antan aura fait pour Marseille plus que, réunis, tous les gros richards de son époque : ceux-ci passèrent, passent, passeront, tandis que celui-là, de par son art merveilleux, demeurera perpétuellement.

Et grâce à lui, désormais la Beauté se manifestera visible même aux plus indifférents, puisque c’est dans le marbre sacré de sa propre poitrine qu’un sculpteur fraternel aura taillé Monticelli.

Mai 1905.

Saint-Pol-Roux sensibilisa également à cette cause artistique Gustave Geffroy. Il lui écrivit le 29 mai 1905, joignant à sa lettre son “Appel” : “Mon cher Gustave Geffroy, mes amis de Marseille viennent de former un Comité en vue d’élever un monument au peintre marseillais Adolphe Monticelli. La Beauté vous serait reconnaissante de nous aider à venger Monticelli de son époque, en contant le projet aux lecteurs des différents journaux honorés de votre plume autorisée. Il sied que les souscripteurs accourent.” Et le critique fit paraître, quelques jours plus tard, dans La Dépêche de Toulouse (n° 13506, 14 juin 1905, p. 1-2), un long article intitulé “Pour Monticelli” dans lequel il citait quelques lignes de l'”Appel” adressé aux Marseillais par le poète. Le comité atteignit assez rapidement son objectif et confia au sculpteur Auguste Carli (1868-1930) la réalisation du “Monument à Adolphe Monticelli”. Une maquette fut conçue et exposée à la fin de l’année, et la statue inaugurée en 1909 sur le Cours du Chapitre. Elle a, depuis, été déplacée sur le plateau Longchamps où l’on peut encore l’admirer.

Monument à Adolphe Monticelli, par Auguste Carli (Carte postale, non datée) – Coll. part.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search