Tablettes de Lazare – projet de sommaire & notes (été 1891)

Brouillon autographe d’un projet de sommaire pour un recueil intitulé Tablettes de Lazare, datant fort certainement de l’été 1891. Au recto, figurent le titre avec quelques précisions entre parenthèses, le sommaire et des opérations pour estimer probablement le nombre de pages du recueil ; au verso, des notes intitulées « Les Poëmes de la falaise », qui pourraient constituer le début d’un projet de préface. 1 feuillet recto-verso (15,5 x 20,1 cm).

Tablettes de Lazare [r°] (projet de sommaire) – Coll. Mikaël Lugan

Tablettes de Lazare est donné comme un extrait d’un recueil plus vaste, Les Magnificences, annoncé dès 1886. Il comporte trois parties : deux sections de poèmes (« La Provence » et « La Bretagne ») suivies d’un « hors-d’œuvre », l’Épistole à Jules Huret. Cette dernière, rédigée dans les premiers jours de mai, fut publiée dans L’Écho de Paris en deux temps les 17 et 18 juin 1891. Soucieux, sans doute, de proposer une application poétique du Magnificisme, Saint-Pol-Roux aura projeté de faire paraître, peu après la publication de sa réponse à Huret, un recueil. La présence de titres provisoires comme « La mort du puits », « L’autopsie de la vieille nonne » ou « La sourcelette » désignant des poèmes qui paraîtront dans le Mercure de France, entre juillet et novembre 1891, sous leurs titres définitifs : « Le trépas du puits », « L’autopsie de la vieille fille » et « Sur un ruisselet qui passe dans la luzerne », permet donc de dater ce projet de sommaire de la fin juin ou de début juillet 1891.

Le recueil se composait de poèmes en vers et en prose ainsi que de notes (« Causeries »). Certains textes furent publiés en revues ou repris dans les recueils ultérieurs, mais d’autres, comme ces « Causeries » ou certains poèmes de Bretagne, ne semblent pas avoir paru (« Le Menhir », « Les Ruines », « Festin d’une pomme », « Le buisson ardent »). La plupart des textes composant cette section ont probablement été écrits lors du séjour de Saint-Pol-Roux dans le Finistère en octobre 1890.

TABLETTES DE LAZARE

(extrait des Magnificences)

(Provence – Bretagne)

A la fin Hors d’œuvre / Epistole / mettre la lettre à Huret

TABLETTES DE LAZARE

Couverture avec ce seul titre.

2 mots de Préface pour expliquer que c’est un simple extrait des Magnificences. / Puis diviser en 3 parties

PROVENCE / BRETAGNE / EPISTOLE

Provence

La Fille des perles tristes

La Madeleine aux parfums

L’enfer familial

Le vieux curé

Matin dominical

Soir de brebis

La mort du puits

Sous le glas

Nocturne

L’autopsie de la vieille nonne

Les Couronnes ou (L’aubade à Jolie)

Le Mistral

La sourcelette

Page firmamentale

Les Voix du parc qui causent / Causeries sur les femmes, l’art, philosophie à propos de arbres, rochers, etc.

Bretagne

Le pèlerinage de Ste Anne

Le Calvaire immémorial

Le Menhir

Le cimetière qui a des ailes

Les Ruines

Festin d’une pomme

7 – L’aubade à Jolie

8 – Le buisson ardent  / enfer – miséricorde

Sous un firmament d’angelus

La Tartane

Diligence

Tablettes de Lazare [v°] (notes) – Coll. Mikaël Lugan

Les Poëmes de la falaise

La Madeleine aux parfums

Je vais souvent sur la falaise. On s’étonne de me voir. Et c’est là que débarqua [sic] Marthe Lazare et Madeleine et je donne ici Lazare qui ne paraîtra pas dans mes œuvres poétiques.

LAZARE

Puis je vois toujours un œil blond et la chevelure du soleil. Je ne puis pas m’en détacher. Chaque fois que je viens je revois Madeleine. Elle incarne ce pays. C’est la saison elle-même. Quand il pleut, c’est Madeleine qui pleure. C’est ici que j’écrivis ce poème qui ne paraîtra pas non plus dans mes œuvres poétiques.

La Madeleine aux parfums