Semailles (ca 1930)

Brouillon autographe d’un poème en vers libres, intitulé « Semailles », écrit sur un feuillet déchiré. Manuscrit d’une page (15 x 26,5 cm).

Au-dessus du titre du poème figurent plusieurs mentions manuscrites : à gauche, « (Lettres de l’alphabet », qui pourrait être le premier titre envisagé ; à droite, « Glorifications », rayé, puis corrigé en-dessous en « Transfiguration », probablement le titre de l’ensemble dans lequel « Semailles » devait s’insérer.

« Semailles », brouillon autographe – Coll. Mikaël Lugan

(Lettres de l’alphabet                                                                      Glorifications

Transfiguration

Semailles

Comme elles étaient vieilles,

Usées par tant de lèvres et de plumes ;

Comme elles étaient vieilles

Ces mouches de parole et fourmis d’écriture ;

Comme elles étaient vieilles

D’un très long passé de livres entassés ;

Comme elles étaient vieilles

D’avoir été le verbe heureux ou grave sur les la multitude

A travers les siècles et les siècles [1]

Comme elles étaient vieilles

Mais qu’il ne fallait pas les voir s’évanouir

Au bord d’une tribune ou bien au fond d’une bibliothèque

 

Comme elles étaient vieilles

D’avoir traversé des siècles et des siècles…

 

J’ai semé,

Puisqu’elles recelaient encore un grain de vie,

J’ai semé les lettres,

Toutes les lettres de notre alphabet,

Ainsi qu’on sème à la volée

Le grain de blé,

Dans la page du Livre de l’éternité.

 

Et sur la marge large de mon espérance,

Œil tendu, j’attends l’heure de la délivrance,

Comme si la Page, en l’œuvre  du mystère,

Était capable du miracle auguste de la Terre.

Ce poème, demeuré inédit du vivant du poète, a été publié pour la première fois dans Poésie présente, n° 69 (décembre 1988), avant d’être recueilli dans Glorifications (1914-1930) – Vers et Prose, édition établie par Alistair Whyte et Jacques Goorma, préface de Jacques Goorma, Mortemart, Rougerie, 1992, p. 155.

[1] Ce vers a été ajouté sous le précédent sans doute après que le poète a barré les deux vers suivant la première strophe.