Notes préparatoires pour “Didon et Enée” (ca 1885)

Notes préparatoires pour le poème, demeuré inachevé ou resté inédit, “Didon et Enée”, rédigées sur une carte de visite de “Paul Roux / 6, rue Alfred Stevens / Paris”. Manuscrit de deux pages (9,7 x 4,8 cm).

La version définitive de ce poème, qui devait probablement faire partie des “Reliefs antiques” auxquels le jeune Paul Roux travailla entre 1884 et 1886, n’a pas été retrouvée, tout comme celle de “Samson à Gaza”. Les deux titres figurent néanmoins dans un projet de sommaire pour un numéro spécial de La Plume consacré au Magnificisme, qui ne verra pas le jour. Ce document apporte toutefois quelques informations intéressantes ; biographique, d’abord, puisqu’il nous apprend que le jeune homme habita dans le 9e arrondissement de Paris, rue Alfred Stevens, peut-être avant d’aménager rue Turgot, et suffisamment longtemps pour penser à faire imprimer des cartes de visite avec cette adresse.

Notes préparatoires pour Didon et Enée sur carte de visite (ca 1885) – Coll. Mikaël Lugan

Ce document nous renseigne également sur sa manière de travailler à cette époque : le poète n’hésitait pas à se documenter dans les œuvres de ses aînés ; on sait que plusieurs des poèmes d’Anciennetés prirent comme pré-textes des poèmes parnassiens de Léon Dierx ou de Catulle Mendès, ou la traduction de L’Odyssée de Leconte de Lisle ; ici, c’est à Flaubert et à sa Salammbô que Paul Roux emprunte le vocabulaire nécessaire au pittoresque de “Didon et Enée” ; il y relève en effet la présence du mot “simarre” à la p. 58 du roman (dans le tome II de l’édition Quantin des Œuvres complètes de Flaubert). D’autres éléments orientalisants semblent aussi en provenir : “le nard, l’encens, la cinnamome et la myrrhe”, les “cistres résonnants” et le “nébal” qui se trouvent dans Salaambô entre les p. 56 et 59.

Notes préparatoires pour Didon et Enée sur carte de visite (ca 1885) – Coll. Mikaël Lugan

Les soldats sont allignés [sic] tenant enfin des épées, lances, semblables à des langues d’animaux des fables qu’un vent d’enfer aurait cristallisées

Dans Didon – dépeindre la ville comme pour une fête – cistres résonnants, etc. –

Et Didon vient entre le nard, l’encens, la cinnamome et la myrrhe.

Les travaux des ports sont arrêtés, ceux des citadelles aussi. Parlez des guerriers, des temples, des prêtresses.

Elle se jette dans le brasier, une odeur de roussi, puante, du bœuf sur le brasier s’en exhale corrigé par les tourbillons des aromes, tandis qu’au loin fuit le Troyen au dos filialement las

(simarre page 58 Salaambô

[verticalement :] nebal