Maxime de vie (25 octobre 1922)

Manuscrit autographe signé de la réponse de Saint-Pol-Roux à l’enquête internationale sur les “Maximes de vie des écrivains contemporains” menée par Henri Corbière. 1 page (21,2 x 15,6 cm), manuscrit daté de “Camaret, 25 octobre 1922”.

Henri Corbière, adhérent de la Société des Gens de Lettres et de la Société des Poètes français, s’était, au début des années 1920, lancé dans une entreprise de longue haleine : recueillir les “maximes de vie” de toutes les personnalités artistiques, littéraires et scientifiques de son temps en une série de volumes dont pas un ne semble avoir vu le jour. Voici comment Les Nouvelles littéraires du 3 octobre 1936 présentaient “le collectionneur de maximes” :

M. Henri Corbière, qui habite Sèvres, est un homme patient. Depuis quinze ans, il poursuit, inlassable, une consultation auprès des grands écrivains, des grands savants, des grands artistes. Et, dans quinze ans, sa consultation ne sera peut-être pas terminée. Car elle est proprement interminable. M. Henri Corbière se présente chez les auteurs, chez les peintres, et leur demande d’inscrire sur des feuillets spéciaux, dont il est abondamment pourvu, leur “maxime de vie”. Neuf fois sur dix, on s’exécute de bonne grâce. Non sans que M. Corbière donne quelques recommandations : “Ecrivez à l’encre noire si possible, et surtout ne séchez pas. C’est très important. Sécher pâlit l’écriture…” M. Corbière sourit dans sa barbe noire, s’incline, et, avec des remerciements fort courtois, ajoute une unité à sa collection.

Ce fut en effet une belle collection d’autographes que celle d’Henri Corbière, dispersée à l’occasion de plusieurs ventes après sa mort.

Nous ignorons si Saint-Pol-Roux rédigea sa “maxime” en présence de l’enquêteur qui lui aurait rendu visite à Camaret ou si elle fut sollicitée par courrier. Le repentir de la deuxième ligne ferait plutôt pencher pour la première hypothèse.

Réponse à l’enquête sur les “Maximes de vie des écrivains contemporains” (Camaret, 25 octobre 1922) – Coll. Mikaël Lugan

Maximes de vie

des Ecrivains contemporains

France.

M. Saint-Pol-Roux

Fuir les hommes pour mieux se rapprocher de l’humanité ; se rapprocher de la nature pour, s’en év à force d’usage, la fuir ; à force d’usage ; puis, entre cette fuite et ce rapprochement, se fixer, se centraliser, comme à un point d’intersection, par une surcréation jaillie de soi-même – dans un oubli qui se souvient parfois.

SAINT-POL-ROUX

Saintpolroux

Camaret, 25 octobre 1922