Lettre familière (fin juillet 1937)

Brouillon de poème intitulé « Lettre familière / Pour les adieux de notre administrateur Olivier Saix », et probablement composé peu avant le 30 juillet 1937. Manuscrit de 3 pages numérotées (19,8 x 24,9 cm).

Olivier Saix fut nommé administrateur de l’inscription maritime au cours de l’été 1933.  Assistant régulièrement aux régates estivales de Camaret, il devint rapidement un ami de Saint-Pol-Roux. Apprenant sa mutation précipitée pour le mois d’août 1937 à Martigues, le poète prit l’initiative d’offrir à l’administrateur un vin d’honneur le vendredi 30 juillet. La Dépêche de Brest rendit compte de la manifestation dans son édition du jeudi 5 août. Saint-Pol-Roux, comme on va le lire dans l’article ci-dessous, présidait et y lut des vers que le quotidien ne reproduisit pas.

« Lettre familière pour les adieux de notre administrateur Olivier Saix », p. 1 – coll. Mikaël Lugan

Le départ de M. Saix, administrateur de la marine

« Vendredi dernier, à 18 heures, sur l’initiative du poète Saint-Pol-Roux, de Bernard Le Meil, patron du canot de sauvetage, et de M. Louis Théphany, auguste maire de Camaret, et de quelques amis, un vin d’honneur a été offert à Mme et M. Olivier Saix, administrateur de la marine, à l’occasion de leur départ de Camaret pour Martigues.
Par suite de la nomination précipitée de M. Saix, un tardif appel avait été fait, par la voix de la presse, aux personnes désireuses d’assister à cette manifestation de sympathie.
Les employés de la marine au complet, les délégués du comité local de la Société de sauvetage, des syndicats et associations de mareyeurs et de pêcheurs, de la section des anciens combattants, du conseil municipal, de la douane, des légionnaires et autres groupements auxquels s’étaient joints le chanoine Bossennec et quelques autres personnalités de la localité, étaient présents à cette réunion très cordiale, faite à la salle de Venise, décorée pour la circonstance et avec beaucoup de goût.
Plusieurs participants à cette petite fête se sont fait un devoir d’exprimer à M. et Mme Saix les regrets que leur causait leur départ.
M. Saint-Pol-Roux, qui présidait avec la maîtrise que nous lui connaissons, passa successivement la parole à M. Téphany, maire ; Le Berre, directeur d’école publique ; Bergerot, receveur des douanes en retraite, président de la section des A. C. de Camaret ; Pierre Le Douguet, ancien maire, qui tous, en termes remplis des meilleurs sentiments, exprimèrent aux partants leurs regrets, leurs vœux pour l’avenir et aussi leur reconnaissance pour tout le bien qu’ils avaient répandu autour d’eux pendant leur séjour au pays.
M. Saint-Pol-Roux termina la série des toasts en lisant des vers bien appropriés dans lesquels il fit une heureuse comparaison entre la Provence et la Bretagne.
Ci-dessous nous reproduisons l’allocution pleine de sentiments prononcée par M. Téphany, maire.

Monsieur l’administrateur et ami,

Il y a quelques semaines vous m’appreniez que, sous peu de mois, vous seriez appelé à quitter Camaret et vous escomptiez à ce moment la direction de l’important quartier de Martigues, qui vous rapprocherait de votre famille, ainsi que Mme Saix.
Lundi dernier, un bon ami commun, notre très aimé et distingué poète, M. Saint-Pol-Roux, président de nos régates, par une prévenante attention, m’annonçait que, brusquant sa décision, votre ministère vous appelait sans retard à Martigues, où, assez prochainement, je le souhaite, vous obtiendrez un avancement mérité par vos brillantes qualités d’administrateur.
Sans vouloir blesser votre modestie, permettez-moi de vous dire que votre départ de Camaret laissera de profonds regrets, tant chez vos administrés que chez les habitants et vos nombreux amis.
Par un soucieux désir de vous intéresser, de tout votre pouvoir, à nos pêcheurs et à leurs familles dans les moments critiques, de les défendre dans leurs revendications, d’étudier une amélioration de leur organisation et du rendement de leurs pêches, de soutenir leurs intérêts, vous avez acquis ici, et à juste raison, de très solides amitiés, et celles des Bretons sont, comme vous le savez, sincères et durables.
En tant que Camarétois, j’ai été appelé, dans différentes circonstances, à connaître vos généreux et bienveillants sentiments pour nos marins et leurs familles et à apprécier la ténacité avec laquelle vous les défendiez lorsque vous jugiez leurs sollicitations légitimes et bienvenues.
La manifestation spontanée de reconnaissance et de regrets qui se produit, dans le moment, à votre égard, est le meilleur gage de la sympathie qui groupe autour de vous et de Mme Saix votre personnel, les délégués du comité local de la Société centrale de sauvetage des naufragés, l’équipage du Taï, les représentants des divers syndicats et groupements de pêcheurs, de mareyeurs et autres, et aussi de fidèles amis et obligés.
En vous exprimant nos sincères regrets pour votre départ prématuré, nous formons les souhaits que le doux climat de votre Midi soit bienfaisant pour votre santé, celle de Mme Saix et de vos chers enfants, que vous emportiez de Camaret, où vous avez séjourné trop peu d’années, le plus réconfortant souvenir, comme nous conserverons celui de vos prévenances, de votre cordialité et de votre dévouement pour tous.
C’est dans ces sentiments, exprimés du fond du cœur, que je forme aussi pour vous les vœux d’un brillant avenir avec le ferme espoir de vous revoir, de temps en temps, parmi nous.

M. Saix répondit aux divers discours en une improvisation remplie de tact et d’émotion.
Nous joignons nos sincères regrets et compliments à tous ceux exprimés avec tant de sincérité à l’égard de M. et Mme Saix, en leur souhaitant un heureux séjour sous le beau ciel du Midi. »

« Lettre familière pour les adieux de notre administrateur Olivier Saix », p. 2 – coll. Mikaël Lugan

Ce sont ces « vers bien appropriés dans lesquels il fit une heureuse comparaison entre la Provence et la Bretagne » que ce manuscrit retrouvé de Saint-Pol-Roux nous permet de donner ici. Nous avons choisi, pour en faciliter la lisibilité, de ne pas retranscrire les ratures assez nombreuses du brouillon.

« Lettre familière pour les adieux de notre administrateur Olivier Saix », p. 3 – coll. Mikaël Lugan

LETTRE FAMILIÈRE
POUR LES ADIEUX [À CAMARET]
DE NOTRE ADMINISTRATEUR
OLIVIER SAIX

La Bretagne, Olivier, c’est une autre Provence.
À perdre celle-ci nous gagnons celle-la.
La Provence en Bretagne est comme en survivance,
Et ceci de là-bas devient ici cela.

Si la Provence bouge au moyen de sa foule
Et fait en plein midi, mon frère, tant de bruit,
La Bretagne s’exalte au moyen de sa houle
Et le vacarme s’y prolonge en plein minuit.

Entre ces deux provinces, ni hausse ni baisse.
Vous avez la bruyère, nous avons le thym,
La cotriade égale notre bouillabaisse.
En grattant Marius vous avez Corentin.

Certes on se ressemble si l’accent diffère.
Le brézonnek parfois se drosse au provençal,
Mais un peu de français vite arrange l’affaire.
Enfin, votre gallarwn n’est que notre mistral.

Choses de race à part, on a l’âme pareille
Et pareil gabarit, un peu plus court ou long.
Vous avez Rennes, oui, mais nous avons Marseille.
Quand nous demandons Brest vous répondez Toulon.

Néanmoins quelle histoire que votre marée !
On dit que c’est la Lune qui fait l’estrambord.
Fi ! nous autres, la Mer, nous l’avons amarrée,
Car chez nous le Soleil est le seul maître à bord.

N’importe, nous formons un semblable équipage
Où jean-gouins et mocos ont un même destin.
La Marine s’inscrit sur une seule page
Où Provence et Bretagne sont boutin-boutin.

§

Ami, reviendras-tu comme le plus grand nombre ?
À preuve ce poëte qu’on vit s’installer.
J’ai chassé de mon seuil Kenavo, terme sombre,
Car moi je suis venu pour ne plus m’en aller.

Mais si retenu par l’organeau d’un rivage,
Tu ne peux remonter par quelque mascaret
Revis donc tout là-bas l’armoricaine image,
Les Martigues n’étant qu’un autre Camaret.

Un Camaret fleuri sous sa Tour de l’Horloge,
Un Camaret paisible au bord de son étang,
Cité toute en canaux dont tu seras le doge
Avec un gros labeur du troun de l’air pourtant.

Dès que fixé dans la Venise de Provence,
Ah n’oublie pas l’Iroise aux grands coups de tabac,
Ni le démon d’ouest qui du large s’avance
Avec ses implacables cornes de sabbat !

Quand tu liras soudain « tempêtes en Bretagne »,
Songe aux dangers courus par tes vieux matelots,
Pense que mon manoir tangue sur la montagne
Et que les Tas de Pois sont coiffés par les flots.

Puis, le soir, que ton rêve et celui de l’épouse
Évoquent le pays où tu fus la Bonté
Pour nos pêcheurs qui souquent sous la rouge blouse,
Ce pays où ta femme incarnait la Beauté.

Ici de vous sont nés trois garçons, une fille.
En quatre ans, quatre enfants enchantèrent vos toits.
Or, comme ils sont inscrits au Livre de la Ville,
À jamais votre nom reste camarétois.

Officiers de marine ou fistots de Navale,
Ils côtoieront plus tard sur quelque haut vaisseau
D’où, sentant l’ajonc d’or de la terre natale
Ils descendront tous trois visiter leur berceau.

Car on chérit le port de sa première voile
Et le nid merveilleux d’où l’on était parti.
On veut revoir le ciel de sa première étoile
Et les bras qui s’offraient lorsqu’on était petit.

Alors, nous croirons voir en leur blonde allégresse
Apparaître vos fronts, de neige devenus.
On courra vers le quai saluer leur jeunesse
Et, par eux, c’est vous deux qui serez revenus.

Saint-Pol-Roux

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search