“Les Paroles des Enfants” (22 septembre 1886)

Brouillon autographe signé d’un poème demeuré longtemps inédit ; à notre connaissance, il fut uniquement reproduit par Georges Reynaud dans la revue Marseille (n° 140, 2e trimestre 1985, p. 108). Manuscrit d’une page (20,2 x 29,8 cm), signé Paul Roux et daté “Saint-Henry, ce mercredi 22 sept. 86”.

Ce manuscrit, ou un autre peut-être mis au propre, fut présenté lors de l’exposition “Le poète Saint-Pol-Roux enfant du pays de l’argile”, organisée par le même Georges Reynaud, qui se tint du 15 au 31 janvier 1986 au C.A.Q. de Saint-Henri (Marseille). Le texte publié dans Marseille , dédié “à [s]on neveu et filleul Eugène Roux”, fils de son frère aîné Joseph, baptisé le 27 avril 1886, présente de nombreuses variantes avec le manuscrit – sans doute un état antérieur du poème – que nous proposons ici. Afin que l’on puisse comparer, nous donnons en rouge dans la retranscription du manuscrit les variantes définitivement retenues.

“Les Paroles des Enfants”, poème autographe daté du “22 septembre 1886” – Coll. Mikaël Lugan

LES PAROLES DES ENFANTS

“Nous sommes les Cueillis des saisons des caresses. / Nous sommes les refrains de l’avril des caresses.

C’est l’amour qui du bois divin / champ divin / massif d’or / du rose eden nous fait jaillir

Quand, submergés dans l’océan joyeux des tresses,

Nos créateurs déjà rêvent de nous cueillir.

 

Oui ! nous sommes les fleurs prises dans les étoiles

Par le regard flambant divin / Par le divin désir de deux heureuses joyeuses chairs :

Regard, / Désir, géant comme un vaisseau riche de voiles,

Qui monte, radieux, vers les archipels clairs.

 

Réunis en bouquet par les mains maternelles,

Nous formons des couleurs qui font sourire l’œil / Nous formons un joyau qui fait sourire l’œil

Et fleurons un parfum qui redonne des ailes

Au père retournant des fardeaux ou du deuil.

 

Nous venons vers dans vers l’Exil aux-harpes-dans-les-saules,

Et notre aurore fige en diamants les pleurs.

Nous peignons l’arc-en-ciel dans sur le minuit des geôles.

Dans le sac des douleurs nos doigts plongent, voleurs.

 

Mais surtout nous créons cette angélique l’harmonieuse esclave

Murmurant Qui file la romance au tictac du berceau

Qui Se balançant ainsi qu’une céleste divine céleste épave

Portant Qui porte un naufragé vers les rives la grève du beau.

 

C’est nous qui l’enfantons celle qui nous enfante.

Nous avons avec elle même volupté.

Elle fait, la maman, l’enfance triomphante ;

Le bébé qui sourit / L’épanoui bébé / L’enfant épanoui fait la maternité. / L’épanoui bébé fait la maternité.

Paul Roux

Saint-Henry, ce mercredi 22 sept. 86.