“Je ne finirai pas comme Ovide…” (ca 1913)

Brouillon autographe signé d’un texte inédit, peut-être réponse à une enquête ou partie de lettre. Manuscrit raturé avec ajouts marginaux d’une page (18,1 x 23 cm).

Ce texte témoigne de la culture classique et humaniste de Saint-Pol-Roux. Quatre noms d’auteurs latins y sont en effet mentionnés : Ovide, Horace, Virgile et Perse. Par ailleurs, la citation du dernier livre des Métamorphoses abondamment raturée semble être une traduction personnelle du poète à partir du texte latin, preuve que Saint-Pol-Roux gardait quelques bons souvenirs et réflexes de l’enseignement reçu au collège des Minimes. Les auteurs de l’Antiquité, rencontrés au cours de sa scolarité, l’auront toutefois accompagné plus avant : n’avait-il pas encore au début des années 1920 le projet de traduire le théâtre d’Eschyle ? Le manuscrit que nous reproduisons présente, par ailleurs, des similitudes avec un texte dans lequel Saint-Pol-Roux, qui dénonça souvent l’imitation des maîtres, met en scène sa relation ambiguë avec les classiques grecs et latins, convoquant Sophocle, Homère, Eschyle, Théocrite, Lucien de Samosate, Catulle, Marc-Aurèle, les quatre auteurs déjà cités et quelques autres ; il s’agit de la pièce Les ombres tutélaires que René Rougerie édita en 2005. Certaines répliques de Perse : “Cela fait, reprends ton œuvre délaissée, et deviens célèbre car il est précieux qu’on nous montre du doigt et d’ouïr la foule proférer : c’est lui”, d’Horace : “En amende honorable, efforce-toi d’achever un manuscrit plus durable que le bronze, plus altier que les pyramides…”, d’Ovide : “Il dépend de toi seul que ton nom ne s’éteigne jamais et que tu sois lu dans le monde entier” (p. 67-68), paraphrasent la satire I de Perse, l’ode XXX du livre III d’Horace et la fin des Métamorphoses d’Ovide, qui apparaissent justement dans le manuscrit. Cette coïncidence nous incite à croire que les deux textes pourraient être contemporains. Or, Les ombres tutélaires furent probablement écrites en 1912-1913, après que Saint-Pol-Roux eut échoué à faire représenter La Dame à la faulx à la Comédie-Française puis au Théâtre des Arts.

« Je ne finirai pas comme Ovide… » – Coll. Mikaël Lugan

Je ne conclurai finirai pas comme Horace Ovide, disant en conclusion de ses Métamorphoses : « Ni l’ire de Jupiter, ni le fer, ni le temps ne pourraient détruire consumer cette ouvrage œuvre. La partie meilleure partie de moi-même me survivra, immortelle comme les astres et portée au-dessus d’eux. Mon nom ne s’ét jamais mourra ne s’éteindra jamais et je serai lu sur toute la terre tout le sol romain, et je vivrai par la Renommée durant tous les âges[1] », je n’émettrai pas non la prétention du grand Virgile, qui avait des droits pourtant du grand Horace et d’Horace [dans la marge gauche, rayé : Horace, ami et aîné d’Ovide] qui dans une ode copie s’attribue mot pout mot ces prétentions d’Ovide à moins que ce ne soit Ovide, plus jeune qu’Horace, qui ait plagié son aîné – moins l’ære perennius[2].

Plus modeste et d’ailleurs plus petit, je me contenterai de la réalisation des vœux exprimés par dans Ambition[3].

Et puisque je termine par les anciens, Perse n’a-t-il pas n’ai-je pas lu dans Perse qu’il que c’est une grande chose de voir copier ses poëmes par cent jeunes têtes bouclées[4] ?

Cela me suffirait amplement.

S.-P.-R.

[Ajouts dans la marge supérieure :] puisque je suis en passe / gésine de citations // Non, je m’en tiens à Ambition du Tome II, et je pense avec Perse que c’est une grande chose que de voir copier ses poèmes par cent jeunes têtes bouclées

[Ajout dans le coin supérieur gauche :] Je ne demande comme Ovide, en sa conclusion des Métamorphoses, que ni comme Horace dans son ode – car les deux amis dirent l’identique chose – que mon nom … astres –, je souhaite simplement avec

[Ajout dans la marge gauche, dans le sens de la longueur :] que si, équilibre [lecture incertaine] humain, en conséquence possesseur de tous les gestes de l’espèce, le poëte est capable de nudité, il l’est aussi de travestissement

 

[1] La citation d’Ovide est empruntée au livre quinzième et dernier des Métamorphoses. L’omission volontaire du début de la deuxième phrase (« Que ce temps, qui n’a de droits que sur mon corps, termine quand il le voudra la durée incertaine de ma vie ») et les ratures nombreuses, semblent indiquer que ce passage est traduit du latin par le poète lui-même.

[2] « plus durable que l’airain ». Extrait de « Sur mon œuvre », ode XXX du livre III des Odes d’Horace : « J’ai achevé un monument plus durable que l’airain, plus haut que les royales pyramides, que ni la pluie qui ronge, ni l’Aquilon ne pourront détruire, ni l’innombrable suite des années, ni la fuite des temps. Je ne mourrai pas tout entier, et une grande part de moi-même évitera la Déesse funèbre… » (trad. Leconte de Lisle, Paris, Alphonse Lemerre, sd, p. 153).

[3] Le poème « Ambition » parut d’abord dans La Plume (n° 313, 1er mai 1902) avant d’être recueilli dans De la colombe au corbeau par le paon (Les Reposoirs de la procession, tome II ; Paris, Mercure de France, 1904). Saint-Pol-Roux y exprimait son désir d’avoir « quelque jour, plus tard, […] [s]on nom dedans les menus livres des classes primaires ! ».

[4] La référence provient de la première satire de Perse : « Mais ce qui est beau, c’est d’être montré au doigt et qu’on dise : c’est lui ! Avoir été donné en dictée à cent jeunes têtes bouclées, cela ne compte pas à tes yeux ? » (trad. Henri Clouard, in Juvénal et Perse, Œuvres, Paris, Librairie Garnier frères, 1934).

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search