« Fragment de Louise (III, 4) » (ca 1898)

Brouillon autographe d’un fragment de la scène finale du troisième acte de Louise, présentant une version antérieure à celle finalement retenue. 1 feuillet recto-verso (18 x 11,4 cm), numéroté « 5 » dans le coin supérieur gauche.

Saint-Pol-Roux fut-il l’auteur du livret de Louise, le « roman musical » de son ami Gustave Charpentier (1860-1956) ? Si le document que nous présentons ne permet pas de conclure, il prouve que le poète y travailla et collabora étroitement avec le compositeur à son écriture. Comparse des années de bohème montmartroise, Charpentier avait rapporté de la Villa Médicis, en 1890, le premier acte de son chef-d’œuvre. Saint-Pol-Roux fut l’un de ses plus fervents admirateurs et de ses plus solides soutiens, lui consacrant des articles au Mercure de France et dans l’Endehors. Avec le peintre Georges Rochegrosse, ils avaient brigué, en mars 1892, la direction de l’Odéon laissée vacante par la démission de Porel. Le musicien et le poète collaborèrent d’abord et assez tôt à un projet qui ne fut pas mené à terme, Tête Rouge ; c’est probablement en 1898 que les deux hommes se mirent conjointement et activement à la rédaction du livret de Louise. Saint-Pol-Roux, qui s’est établi à Roscanvel en juillet, revient plusieurs mois au 4, place Monge, pour travailler. Le manuscrit reproduit ici date certainement de cette époque.

Le feuillet, dont la numérotation semble indiquer qu’il appartenait à un ensemble, donne un extrait de ce qui sera la scène 4 de l’acte III. Louise a quitté le domicile parental pour vivre avec Julien, le poète et bohème de Montmartre. Couronnée « Muse » de la Butte, elle mène une vie heureuse, jusqu’à ce que sa mère apparaisse : elle vient supplier Julien de la laisser revenir, le père étant gravement malade depuis son départ.

Fragment de « Louise » (III, 4) [r°] – Coll. Mikaël Lugan

Dans la version manuscrite, le père fait également son entrée, ivre et désespéré, mais ne voit pas Julien, Louise et sa mère qui se sont cachés. Cette apparition, qui convainc Louise de rentrer et Julien de la laisser partir en échange d’un retour prochain, est, dans la version définitive, seulement évoquée par le chant du Chiffonnier qui « paraît sur le sentier au fond de la scène » et qui permet à « l’image du Père de Louise » de s’évoquer « devant eux » : « Un père cherche sa fille / Qui était toute sa famille / Mais une fille dans la cité / C’est une aiguille dans un champ de blé / Pourquoi chercher et m’obstiner ! / La grande ville a besoin de nos filles ! » Les « Tra la la, la la » du père s’éloignant seront repris par le Chifonnier, et les dernières répliques de Julien, « Allons, va, messagère de bonheur… / Ô Jolie… », seront conservées.

 

Fragment de « Louise » (III, 4) [v°] – Coll. Mikaël Lugan

(5)

LOUISE, de même

Mère !

MÈRE

Je tremble…

LA VOIX DU PÈRE, plus forte

Tralala, la la !…

LOUISE, avec un cri

C’est la voix de mon père !!!

Elles se rejettent dans l’ombre derrière un tronc d’arbre ou un massif, au moment où le Père est visible par la dans le chemin par la porte du jardin restée ouverte depuis l’entrée de la Mère. Comme un homme gris, voyant une porte ouverte, il s’y engage croyant que c’est le chemin. Il entre en chantant et titubant, au besoin une bouteille à la main.

LE PÈRE

Ah la belle fête Qui rit – y en a qui pleure

Chacun son heure dans la vie.

Promenant des regards hébétés autour de lui et reconnaissant un jardin.

Un jardin !… sans doute un nid d’amoureux !

(en son rêve) tristement :

Ô les caresses !… les caresses !… Caresses et chansons !

Ils sont heureux, les amoureux !   Rossignols et pinsons !

(voyant des fleurs, tout à coup sombre)

Des fleurs !… C’est bon pour les riches, non pour toi !… (Regardant ses mains d’ouvrier) Il ne doit falloir entrer ici qu’avec des mains blanches

Regardant ses mains d’ouvrier

Ah ces mains noires !… je voudrais les couper !!!

(Riant béatement)

Un jardin !… des caresses !… des fleurs !…

lamentablement

Allons, sors d’ici !

Pauvre travailleur aux mains noires, on te prendrait pour un voleur !

Et il sort en titubant et en chantant dolemment

Tra la la, la la !…

plus triste encore

Tra la la, la la !…

Mère, Louise et Julien redescendent.

JULIEN

M

JULIEN, à Louise / que la Mère vient supplier / à Louise

Allons, va, messagère de bonheur… [à raccourcir ou à supprimer peut-être.]

Les Amants s’embrassent.

Louise part.

JULIEN

Ô Jolie !…

LE PÈRE, pl dans le sentier en sanglot

Tra la la, la la !…

Rideau