Épithalame (8 octobre 1907)

Brouillon d’un message ou poème en prose composé par Saint-Pol-Roux à l’occasion du mariage religieux, à Bucy-le-Long, le 8 octobre 1907, de Francis Jammes avec Ginette Goedorp – d’où le titre « Épithalame ». Le mariage civil avait eu lieu la veille.

Ce document témoigne de la sympathie réciproque éprouvée par les deux poètes. Il s’ajoute aux deux seules lettres connues : celle de Saint-Pol-Roux (28 avril 1899) commentant De l’Angelus de l’aube à l’Angelus du soir (1898) et celle de Francis Jammes (Noël 1904) accusant réception de De la colombe au corbeau par le paon, toutes deux conservées à la Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

Épithalame (8 octobre 1907) – Coll. Mikaël Lugan

Transcription du texte sans les ratures et amendements :

Épithalame

Tous nos vœux d’azur en offrande au très glorieux Francis Jammes, ainsi qu’en hommage à son Épousée très gracieuse : Sur ces noces planent deux anges unis par des guirlandes de caresses, or, ces deux anges, à les contempler avec les yeux de l’âme, c’est Ginette et c’est Francis par Amour transfigurés, et nous admirons l’un puisque nous admirons l’autre, et les poëtes se permettent de chérir votre Dame un peu puisque beaucoup son Poëte ils adorent, ô bien aimé Francis Jammes, et que Ginette Goedorp daigna leur sœur devenir de par son alliance avec notre grand frère en la Beauté Divine, – mais, taisons-nous, un chef-d’œuvre est sur le point d’éclore entre vos deux sourires…

Manoir du Boultous, 8 octobre 1907

SPR

Sur Francis Jammes et Saint-Pol-Roux :

Sur Francis Jammes :