Discours écrit pour l’inauguration du Grand Hôtel de la Pointe des Pois (juin-juillet 1923)

Manuscrit autographe signé d’un discours écrit par Saint-Pol-Roux pour l’inauguration du Grand Hôtel de la Pointe des Pois, bâti sur les hauteurs de la plage de Veryac’h à Camaret, par Maurice Caradec. 2 pages (16,4 x 26,6 cm).

C’est pour compléter une offre hôtelière limitée aux seuls Hôtel Moderne et Hôtel de France que Maurice Caradec prit l’initiative de faire construire sur les hauteurs camarétoises un Grand Hôtel proposant des prestations de qualité à sa clientèle. Les travaux commencèrent au premier semestre 1920. Saint-Pol-Roux, de sa dune, suivait les travaux et pouvait écrire le 28 septembre 1920 à André Antoine : « Quant au grand hôtel de Verillac’h, il se bâtit peu à peu à travers les mauvais temps successifs. Malheureusement la maçonnerie est hors de prix, et Caradec parle de mettre la pension de son hôtel à 35 fr par jour l’été prochain, été de son début. » Le chantier – sans doute à cause du climat capricieux – ne fut pas achevé à temps pour que l’établissement ouvrît ses portes au public l’été 1921, ni même durant l’été 1922. Ce n’est, en effet, que le 12 juin 1923, au cours de la semaine touristique du Finistère, que le Grand Hôtel de la Pointe des Pois fut officiellement inauguré. Saint-Pol-Roux, naturellement, était présent, mais, d’après le compte rendu que fit La Dépêche de Brest de cette journée, il ne prononça « que deux mots pour traduire son sentiment : En qualité de vieux poète du pays, permettez-moi de baptiser cet hôtel si splendidement perché du nom du Suroît et du Nordest, du Sudest et du Noroît. » Mots qui ne figurent pas dans le manuscrit présenté ici, nous laissant supposer que Saint-Pol-Roux écrivit ce discours pour une autre inauguration, soit plus intime quelques jours avant le début effectif de la saison, soit plus publique lors de l’ouverture à la clientèle,  le 1er juillet.

Nous remercions Brigitte Charoy, membre de la S.A.S.P.R., animatrice du site notrepresquile.com et auteure d’une indispensable Chronique de l’occupation à Camaret/mer en deux volumes, en grande partie documentée à partir du journal inédit de Maurice Caradec, qui nous a aidé à dater plus précisément ce manuscrit.

Discours écrit pour l’inauguration du Grand Hôtel de la Pointe des Pois (p. 1) – Coll. Mikaël Lugan

Mon cher Maurice Caradec,

Un jour, au sémaphore voisin, votre vénéré père, le Dr Théodore Caradec, reçut une longue-vue des mains d’une bonne Fée qui l’invitait à désigner le point de la contrée ayant sa préférence. Votre père, nous le savons, connaît mieux que personne sa Bretagne, dont il a chanté les aspects et les âmes en des proses pareilles à des poèmes. Il appliqua donc son regard au sud dans la direction du Raz, mais un coup de vent d’ouest fit monter à l’ouest vers le cap de la Chèvre la longue-vue et avec elle le regard du Docteur, qu’un malin coup cette fois de suroît fit dévier encore plus haut vers et sur le Veryac’h.

En vérité, cette saute-de-vent… c’était la Fée qui malicieusement poussait le bras de l’excellent Docteur.

– C’est là ? demande en souriant la Fée.

– C’est là ! répond le Docteur votre père le Docteur en la main du Destin.

De ce jour, votre ce grand pèlerin, votre père, fut devint camarétois.

Et vous survîntes. Hypn A la longue hypnotisé par le rêve paternel site merveilleux, vous pensâtes qu’il serait filial d’engendrer – c’était bien votre tour – le rêve paternel.

Dressons-y trois tentes ! clame-t-on d’abord, généralement. Les tentes se déployèrent. De mes yeux je les ai vues. Mais, le vent donnant trop dans la toile, ce fut bientôt un baraquement d’après-guerre, américain comme tout ce qui n’était pas Adrian. De mes yeux je l’ai vu. Mais le suète et le suroît vous firent de telles farces que vous jurâtes de bâtir un palace, tout-à-fait résistant, car il serait en pierre.

Mesdames, Messieurs,

nous y sommes dedans, et sous l’enchantement de sa grandiose inauguration. Tout arrive quand on est poëte comme Théodore Caradec ; tout arrive quand on est opiniâtre, c’est-à-dire breton, comme Maurice Caradec. La féerie s’est accomplie, car, ne l’oublions pas, il y eut une Fée à l’origine de cette magnifique Hostellerie – je vous dirai son nom dans un moment.

(Tournez)

Discours écrit pour l’inauguration du Grand Hôtel de la Pointe des Pois (p. 2) – Coll. Mikaël Lugan

Etant donné ces côtes et leur passé d’engloutissements, on doit admettre que construire c’est réédifier ce qui fut autrefois ; pour mieux dire, c’est ressusciter ; bien plus, une telle résurrection équivaut à faire de la vie, et de la vie doublement bretonne, puisqu’elle allie le passé à son futur qui est notre présent.

Cette fin-du-monde n’est peut-être qu’un commencement.

Ayant construit, Maurice Caradec, vous avez fait œuvre sage, laquelle consiste à ne pas gémir sur des ruines, mais à les relever, voire les remplacer.

Ce faisant, vous prouvez à votre manière qu’Arthur n’est pas mort et que l’antique Celtie peut revivre en partie, en espérant – pourquoi pas ? – que la Science réa ripostant au raz-de-marée des époques anciennes permette aux descendants de réaliser un raz-de-terre capable de reprendre à l’Océan ce que l’Océan a pris à leurs ancêtres.

Qu’est-ce en somme que le Ris, Morgat, cet Hôtel nouveau ? Sinon des résurrections partielles de cette Ville qui est à l’origine de notre histoire comme de nos légendes, – la Ville d’Is.

Mesdames, Messieurs,

Je lève cette coupe à M. Théodore Caradec, à Maurice Caradec, à sa gracieuse Dame, à leurs charmants enfants ainsi qu’à leurs familles alliées,

à cette splendide Demeure, aux braves ouvriers qui l’ont érigée à travers toutes les tempêtes,

aux Visiteurs innombrables qui y descendront, et desquels vous êtes les premiers ;

à Camaret dont l’heureuse fortune s’accroît  chaque année davantage, – à ses laborieux habitants si laborieux,

et vous m’en voudriez assurément de ne pas boire aux six formidables gâs qui gardent Camaret des attaques du sud et de l’ouest… ces rudes gâs, vous les connaissez bien, ils se nomment Grand et Petit Dahouet, Pen Glaz, la Fourche, Chelot et Bernid… aux parrains de pierre de ce Grand Hôtel, – aux Tas-de-Pois !…

Mais la Fée, direz-vous, la bonne Fée à la longue-vue, la Fée du Sémaphore ? Mesdames, Messieurs, elle est ici-même parmi nous. Si Maurice Caradec est notre amphytrion, cette Fée est notre hôtesse. Buvons donc haut à la Fée, – à Madame Le Griguer !… Et buvant à elle si radieuse en son costume de bretonne – buvons à la Bretagne

SAINT-POL-ROUX