De l’infini en art (ca 1930)

Brouillon autographe d’aphorismes regroupés sous le titre « De l’infini en art ». Manuscrit d’une page (19,2 x 28,7 cm).

« De l’infini en art », brouillon autographe – Coll. Mikaël Lugan

De l’infini en art

L’infini est Dieu.

Un(e) chef d’œuvre ne sera jamais fini.

Un chef d’œuvre est une indication.

Dieu est infini.

Quelque chose d’achevé est humaine.

Une œuvre d’art doit être un milieu : sans commencement ni fin.

C’est la loi, la règle, qui perd l’œuvre.

L’homme dit que la loi lui est nécessaire, nous savons que l’homme est un animal pas toujours intelligent.

Il veut le cadre, l’homme ; et c’est le cadre généralement qu’il préfère au tableau.

au tableau.

Ces aphorismes, inédits du vivant du poète, ont été publiés pour la première fois dans Poésie présente, n° 69 (décembre 1988), la revue de René Rougerie.