« Appréhension » (24 novembre 1889)

Brouillon autographe d’un sonnet irrégulier intitulé « Appréhension » comportant plusieurs corrections et variantes. Manuscrit d’une page (20 x 31 cm).

Ce poème, à notre connaissance, est demeuré inédit. Il s’inscrit dans une période sentimentale difficile pour Saint-Pol-Roux, période dont plusieurs textes portent la trace. Peut-être le mariage 6 jours plus tôt de son ancienne maîtresse, Élisa Dayre, avec Gustave Kahn, n’est-il pas pour rien dans l’amertume sibylline de ce sonnet irrégulier ou de « La grappe volée » composée la veille de la cérémonie.

« Appréhension », poème autographe, daté du 24 novembre 1889 – Coll. Mikaël Lugan

Appréhension

La chevelure pleut en vives funérailles

Sur sa peau copiant le linge de baptême.

Vers Elle c’est le bond sauvage des entrailles,

Cependant je L’évite ainsi que l’anathème

 

Car son geste / sa merveille / aura / me semble Son offrande me semble un piège [oui] de tartare

Et son rire l’éclair de mes larmes prochaines

Je flaire en son arbuste un chevalet barbare, [sculpture / charpente]

Et ses bras je les nomme un dimanche de chaîne.

 

Aussi, C’est pourquoi, reniflant / démasquant / prophétisant / dévisageant les finales douleurs

Que déguise en plaisirs le mensonge des fleurs,

Savantement je fuis l’attirance du bouge.

 

Toutefois je t’envie, ô frivole garçon,

Qui, campant ta fringale sur le fol arçon,

Galopes généreux vers l’éternité / le supplice rouge.

24 nov. 89

Mettre : galope insoucieux

si on met au il

Mais j’envie le frivole

oui Son offrande me semble                                    

Son paradis me semble un matin de tartare

Et ses ris l’alouette des larmes prochaines

 

Attentives là-bas sous l’offrande des fleurs