A Louis Coudurier (20 mars 1925)

Brouillon d’un sonnet irrégulier dédié “à Louis Coudurier / Pour rendre grâces à son accueil si fraternel aux gens de poésie”, composé quelques jours après la mort du dédicataire, et publié dans La Dépêche de Brest le lundi 23 mars 1925. Manuscrit d’une page (22 x 28,5 cm).

Louis Coudurier dirigeait le quotidien finistérien depuis 1896. Il y accueillit la collaboration de Saint-Pol-Roux, définitivement installé à Camaret, dès 1909. A sa mort, son fils, Marcel, hérita de la direction de La Dépêche de Brest, toujours hospitalière pour les poèmes et contributions du Magnifique.

“A Louis Coudurier”, brouillon autographe – Coll. Mikaël Lugan

A LOUIS COUDURIER

Pour rendre grâces

à A son accueil si fraternel aux gens de poésie.

Mousquetaire tenant entre les doigts sa plume,

On sait de tes combats qui resteront fameux qu’eussent aimés les dieux ;

Ton fer étincelait tel que comme fer sur l’enclume

Au point que [tes rivaux se brûlaient / piquaient / blessaient / à / appréhendaient ses feux / en honoraient / respectaient / redoutaient / les feux / appréhendaient ses feux] l’adversaire s’y brûlait les yeux.

 

Mais tu voulus, à ce réel, joindre le rêve

En parant l’aiguillon de son rayon de miel,

Alors tu fis appel aux poëtes de trêve

Et ton marbre accueillit leurs paroles de miel.

 

Soudain, par un miracle de grâce infinie,

Au milieu des filets de ta feuille plus grande,

On vit la politique épouser l’harmonie.

 

Or, Et c’est pourquoi, moi qui chantais à ton côté,

Je viens, le front courbé par la suprême offrande,

Ici te saluer au nom de la Beauté.

SAINT-POL-ROUX

Note : Le prochain Bulletin des Amis de Saint-Pol-Roux recueillera l’ensemble des contributions de Saint-Pol-Roux à La Dépêche de Brest.