à un “cher confrère” (11 septembre 1894)

Lettre autographe signée, adressée à un “cher confrère”, destinataire non identifié, le 11 septembre 1894. 2 pages (11,3 x 17,6 cm).

Lettre à un “cher confrère” (11 septembre 1894) [p. 1] – © Coll. Mikaël Lugan

En cette année 1894, la situation financière du poète s’est considérablement aggravée. Le versement mensuel des rentes paternelles ne suffit pas à couvrir les frais d’un ménage — que sa famille marseillaise ignore toujours — frais que la naissance d’un deuxième enfant (Lorédan est né le 1er juin) vient davantage alourdir. Par ailleurs, Saint-Pol-Roux avait pris à sa charge l’impression de ses trois volumes parus au second semestre de l’année précédente : L’Âme noire du prieur blancÉpilogue des saisons humaines et le tome I des Reposoirs de la procession, dont les ventes, trop rares, ne permettent pas de couvrir les frais d’édition. Début août, le propriétaire du 63, rue de la Goutte d’or contraint la famille Saint-Pol-Roux à quitter les lieux ; elle s’installe alors, le 2, derrière la Butte “dans un des six appartements d’un pavillon” du 28, rue Saint-Vincent. Manquant des fonds nécessaires pour subvenir aux besoins de sa famille et pour éditer le tome II des Reposoirs dont la plupart des poèmes ont paru dans des revues, le poète sollicite ses amis et connaissances pour obtenir quelques ors à défaut d’un emprunt suffisamment conséquent. Cette lettre reconnaissante envers un “confrère”, qui répondit favorablement à l’une de ces sollicitations, témoigne de ce temps de vache maigre appelé à durer et à se répéter tout au long de la vie de Saint-Pol-Roux.

Lettre à un “cher confrère” (11 septembre 1894) [p. 2] – © Coll. Mikaël Lugan

Mon cher confrère, dans l’impossibilité momentanée de vous porter la somme de cinquante francs m’obligeamment prêtée par vous, la voici vite par la poste. Vous le voyez je tiens parole. Non, je n’oublierai jamais votre suprême amabilité. À charge de revanche pour vous, n’est-ce pas, cher ami ? De cœur :

Saintpolroux

Paris 11 7bre 94

La situation de Saint-Pol-Roux ne s’améliorera guère les semaines qui suivront. Le Magnifique devra abandonner l’idée de faire éditer le deuxième tome des Reposoirs de la procession et sera obligé, “traqué par les créanciers”, de quitter son petit home montmartrois, Paris et la France, et de se réfugier au début du mois de mars 1895 en Belgique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search