à Saint-Georges de Bouhélier (4 février 1903)

Carte pneumatique autographe signée adressée à Saint-Georges de Bouhélier (1876-1947), poète et dramaturge naturiste, datée “Paris, 4 février 1903”. 1 page (11,1 x 13 cm).

Carte pneumatique à Saint-Georges de Bouhélier [adresse] – Coll. Mikaël Lugan

Le tout jeune Saint-Georges de Bouhélier, fils du journaliste Edmond Lepelletier, rencontra Saint-Pol-Roux dans les années 1892-1893, du temps où ce dernier fréquentait avec Mauclair et Gustave Charpentier le Delta. A l’aube de ses 17 ans, il lança une revue, L’Académie française, dont il rappellera les tendances dans Le printemps d’une génération (Paris, éd. Nagel, 1946) :

La question n’était pas pour nous de nous placer à l’ombre des anciens, mais de leur opposer des hommes nouveaux et recrutés précisément parmi ceux qui les combattaient ou qui n’avaient point chance d’obtenir jamais leurs suffrages. Verlaine, Gourmont et Laurent Tailhade, sans compter Saint-Pol-Roux et Adolphe Retté, Paul Adam, Henri de Régnier, Francis Vielé-Griffin, et Stuart Merrill et une vingtaine d’autres, dont certains comme Mauclair et Signoret qui étaient fort jeunes. […] Afin de leur marquer notre admiration, nous allions donc les rassembler et, par une sorte de défi, les nommer à notre façon, de l’Académie.

La petite revue fut rebaptisée dès son deuxième numéro L’Annonciation qui ne dura guère. On en fonda une autre, Le Rêve et l’Idée où s’exprimèrent pour la première fois, de façon systématique et collective, des positions anti-symbolistes proclamant un retour à la Vie. Le naturisme, que Saint-Georges de Bouhélier avait d’abord pensé nommer l’idéoréalisme, était né. La “crise des valeurs symbolistes”, qu’avaient annoncée déjà des hommes comme Adolphe Retté, René Ghil, ou Saint-Pol-Roux dans sa lettre à Huret de 1891, allait s’intensifier durant les cinq dernières années du siècle sous l’impulsion offensive de Saint-Georges de Bouhélier et de ses amis.

Même si le Magnifique ne devait pas collaborer aux revues naturistes – exception faite d’une réponse à l’enquête sur la Comédie-Française (La Revue naturiste, n° 33-34, 1er octobre 1901, p. 67-68) – les deux poètes se conservèrent une estime réciproque, s’échangeant leurs livres et correspondant ponctuellement comme en témoigne cette carte pneumatique par laquelle Saint-Pol-Roux informe son jeune confrère de son imminent mariage avec Amélie. Mais cette information valait-elle invitation ? Le mariage eut lieu, sans publicité, le 5 février 1903 à la mairie du XIe arrondissement de Paris et fut suivi d’une rapide bénédiction à Ste Marguerite, en compagnie de quelques intimes. Catulle Mendès et Octave Mirbeau furent les témoins du poète, André Antoine l’un des deux témoins d’Amélie. Saint-Pol-Roux avait invité Léon Dierx, Rachilde et Alfred Vallette demandant à ce dernier de prévenir “quelques bons poètes” : “Régnier, Pilon, Degron, Paul Fort, Stuart Merrill, Kahn, Moréas…” Les carnets mondains des journaux n’ayant pas relaté l’événement, il est bien difficile de donner une liste précise des invités présents. Ce que nous apprend néanmoins cette carte pneumatique c’est que Saint-Georges de Bouhélier n’y assista pas : une mention manuscrite – probablement d’un employé des postes – et le second cachet indiquent qu’elle ne fut remise à son destinataire que le 13 février en Provence, soit huit jours après la cérémonie de mariage.

Carte pneumatique à Saint-Georges de Bouhélier – Coll. Mikaël Lugan

Mercredi 4 février.

Mon cher Poëte, j’épouse la mère de mes petiots demain jeudi, onze heures, mairie du onzième arrondissement, place Voltaire.

Affectueusement

Saintpolroux