à Michel-Maurice Lévy (20 août 1920)

Lettre adressée au compositeur Michel-Maurice Lévy, dit Bétove (1883-1965), datée “Vendredi soir”. Le cachet de la poste figurant sur l’enveloppe conservée permet de préciser qu’elle a été écrite et postée à Camaret le 20 août 1920, puis reçue le 23 à Paris par son destinataire. 2 pages (21,8 x 17,4 cm). Provenance : ancienne collection Jean-Louis Debauve.

Enveloppe de la lettre adressée à Michel-Maurice Lévy (20 août 1920) – Coll. Mikaël Lugan

Il est bien difficile de déterminer précisément où et quand se rencontrèrent le poète et le musicien, mais ce dut être probablement dans la salle ou les coulisses de quelque théâtre, Michel-Maurice Lévy, pianiste virtuose, ayant débuté comme accompagnateur avant de composer des musiques de scène, celle par exemple du Zara-Thustra de Paul Vérola (1910), et des poèmes symphoniques. En 1914, il deviendra directeur de la musique au Théâtre-Antoine. Peut-être Saint-Pol-Roux se lia-t-il au compositeur par l’intermédiaire de sa compagne, la comédienne Louise Marion, qui avait créé en France le rôle de la Nuit dans L’Oiseau bleu de Maeterlinck (1911) et qui interprètera Thérèse, le personnage principal des Mamelles de Tirésias, le 24 juin 1917.

La lettre que nous reproduisons n’est pas la première que le poète envoya à Michel-Maurice Lévy. D’autres furent échangées pendant la guerre. Celle-ci témoigne de la santé fragilisée d’Amélie, des difficultés financières traversées par Saint-Pol-Roux plusieurs mois encore après la fin du conflit et de son intention, pour en sortir, de vendre une partie du mobilier de son Manoir. Louise Marion et Michel-Maurice Lévy avaient sans doute émis le souhait, dans un courrier précédent, de séjourner quelques jours prochains à Camaret, et demandé au Magnifique de se renseigner sur les conditions d’hébergement et de pension. Les commentaires de Saint-Pol-Roux sur les prix pratiqués par les deux principaux hôtels camarétois et l’affluence estivale prouvent que le petit port finistérien était redevenu après guerre un lieu de villégiature prisé.

Lettre à Michel-Maurice Lévy (20 août 1920) [r°] – Coll. Mikaël Lugan

Vendredi Soir

Cher Ami, je sors de l’Hôtel de France où me suis renseigné pour vous. Il est actuellement bondé, comme d’ailleurs son concurrent Hôtel Moderne. Donc, à l’Hôtel de France où la pension monte à 15 et même 16 fr par jour et par personne, Mademoiselle Céleste (la patronne) vous accepterait le 1 ou 2 septembre pour quatorze francs par jour, pension et chambre, ce qui pour vous deux, Marion et Maurice, ferait vingt-huit francs quotidiens. La pension, boisson non comprise, comporte les deux grands repas et le petit déjeuner du matin. Les prix sont analogues au Moderne, sinon plus élevés. Si vous venez, me trouverez justement en train de vendre partiellement mon Manoir, seul moyen final de sortir de nos embarras. Sans doute la santé de ma femme, alitée de nouveau depuis un mois, nous contraindra-t’elle à gagner ensuite le midi, à moins que Paris ne redevienne praticable. Prière ne pas parler de ma vente ni là-bas ni ici, afin de ne pas ameuter mes créanciers avant l’heure. Excusez ma hâte, mais j’ai voulu aussitôt vous renseigner, comme désiriez touchant hôtel. A Morgat les pensions sont parfois doubles, voire triples. A vous de voir. Vous laissons sur nos bonnes amitiés.

Votre affectueusement dévoué

Saintpolroux

Lettre à Michel-Maurice Lévy (20 août 1920) [v°] – Coll. Mikaël Lugan

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search